Actualité publiée sur le site
Septembre 2007

Médicament en Allemagne : Forte hausse en 2008

Les dépenses de l'assurance-maladie consacrées aux médicaments devraient croître outre-Rhin de + 7,9 % en 2008, à 30,5 milliards d'euros. C'est ce que vient de révéler l'institut allemand IGES.

De 26,481 milliards d'euros en 2006, la facture présentée aux caisses d'assurance maladie allemande pour le poste médicament passera cette année à 28,509 milliards et grimpera à 30,750 milliards en 2008, rapporte l'Institut pour la recherche sanitaire et sociale (IGES), qui vient de publier un « atlas du médicament » qui détaille par le menu les composantes de cette hausse. Deux principaux facteurs expliquent ce bond en avant des dépenses consacrées à la pharma : une augmentation sensible du poste vaccins, qui de 622 millions d'euros grimpera cette année à 1,105 milliard pour atteindre 1,593 milliard d'euros l'an prochain. Quant aux produits finis, leur montant passera de 25,752 milliards d'euros à 26,670 milliards en 2007 pour grimper à 28,163 milliards d'euros en 2008. Cette augmentation prévisionnelle des dépenses en médicaments, de 1,493 milliard d'euros en 2008, est pour l'essentiel due à la forte croissance des prix des nouvelles spécialités - qui intervient pour 350 millions d'euros dans ce dernier total -, à l'arrivée sur le marché des innovations thérapeutiques - qui pèseront pour 211 millions d'euros -, la hausse globale étant toutefois affectée par les mesures d'économies adoptées par le gouvernement sur le médicament ( - 561 millions d'euros l'an prochain). Sur l'ensemble, la croissance « naturelle » de la consommation de produits pharmaceutiques devrait pour sa part se situer en recul, de 1,730 milliard d'euros en 2007 à 1,1492 milliard en 2008.Les causes de la hausse du poste médicament sont à chercher principalement du côté d'une meilleure prise en charge de la prévention des complications (44,7 % de la hausse) et des maladies chroniques lourdes (29,8 %), explique l'institut allemand. Les maladies du système nerveux central comptent pour 11 % dans l'augmentation des dépenses. Cette dernière est particulièrement sensible dans les rangs de la population âgée de plus de 75 ans, qui entraînera en 2007, à elle seule, 155,8 millions d'euros de dépenses supplémentaires en médicaments, sur les 170,6 millions d'euros de dépenses additionnelles imputables au seul facteur démographique.

TVA contre-productive

L'étude fait remarquer l'effet contreproductif de la récente hausse de la TVA (de 2 points) sur l'ensemble des dépenses en médicaments : ainsi en 2007, cette augmentation de la TVA a entraîné pour l'assurance maladie un coût supplémentaire de 666 millions d'euros, à rapporter à la baisse autoritaire des prix des médicaments allemands, qui, de son côté, a représenté une économie de 409 millions d'euros. Autrement dit : sans cette hausse de la TVA, les caisses allemandes d'assurance maladie auraient économisé plus d'un milliard d'euros !Pour le Dr Andreas Barner, président du VFA, l'équivalent allemand du Leem, « il est un fait que nous devons nous préparer à l'avenir à une hausse des dépenses en médicaments ; ce parce que le progrès médical nous amènera des médicaments toujours meilleurs et adaptés à une population vieillissante : les médicaments contre les cancers, les rhumatismes, ou ceux qui découlent de la révolution qui se profile dans la prophylaxie de la thrombose en sont des exemples. Il appartient aux laboratoires orientés sur la R&D, non seulement de mettre à disposition des patients de nouveaux médicaments, mais également de meilleurs produits qui peuvent être mesurés par leur coût-efficacité », note encore le patron du syndicat qui en appelle à l'abandon d'une réglementation rigide au bénéfice d'une plus grande concurrence entre tous les acteurs. »

Jean-Jacques Cristofari
Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site