Actualité publiée sur le site
Septembre 2007

Sanofi-Aventis n'échappera pas à de nouvelles acquisitions

Rien de nouveau avant un an. Pour sa première journée R&D proposée à Paris en langue anglaise, c'est un portefeuille bien atone que Sanofi-Aventis a présenté lundi 17 septembre à la presse. Ses premières perspectives de dépôts de demandes d'AMM sont prévues au plus tôt pour le deuxième semestre 2008. Au total, huit dossiers devraient être soumis d'ici la fin de l'année prochaine. Une douzaine était annoncée lors de la présentation des résultats annuels en février dernier.

Avec une cinquantaine de produits en phase IIb et III et un total d'une trentaine de demandes d'autorisation potentielles d'ici fin 2010, Sanofi-Aventis aura vraisemblablement du mal à convaincre les investisseurs du dynamisme et du caractère innovant - à quelques très rares exceptions - de sa R&D. Mais manifestement, le groupe qui se positionne sur quatre domaines thérapeutiques majeurs - cardiométabolisme (thrombose, diabète, cardiovasculaire), SNC, vaccins et oncologie -, souhaite faire passer un autre message. Pour le responsable de la R&D du groupe, Marc Cluzel, l'important est « de voir le portefeuille dans sa perspective ». Et celui-ci d'insister sur les synergies existantes et à venir... « Sanofi-Aventis vise à être le seul laboratoire avec une franchise globale permettant de traiter à la fois le diabète et ses complications », souligne-t-il, ajoutant que le groupe préfère avoir « dans une même main tous les produits pour traiter une pathologie et savoir ainsi comment mieux les associer ».

Diabète et cancers en première ligne

Cette stratégie s'illustre notamment au travers des programmes en cours avec le rimonabant (Acomplia®) qui, après son échec américain, vient d'être totalement repositionné. Le programme de développement pour une indication dans le diabète de type 2 a été élargi, avec maintenant plus de 5700 patients dans l'étude. Le dépôt de la demande d'AMM aux Etats-Unis et en Europe est prévu pour 2009 tandis que d'autres études sont menées en association avec des antidiabétiques oraux (sylfonylurées et metformine). Des travaux sont également en cours chez des patients dyslipidémiques et Sanofi-Aventis prévoit de soumettre un dossier de demande d'AMM pour une combinaison rimonabant + statine en 2011. Deux autres produits susceptibles d'être combinés à d'autres antidiabétiques progressent vers la phase III. Il s'agit d'un agoniste GLP-1, l'AVE0010, et d'un nouvel inhibiteur de la SGLT2 rénal, l'AVE2268. Ceux-ci doivent entrer en phase III au 1er semestre 2008.

Quant aux premières demandes d'AMM susceptibles d'être déposées en 2008, elles concernent son nouvel agent anti-arythmique Multaq®, l'eplivanserin pour le traitement des insomnies, avec trois études de phase III en cours et une cible axée sur les personnes âgées, ainsi qu'un représentant d'une nouvelle classe d'antidépresseurs (antagoniste des récepteurs NK2), le saredutant. Enfin, en oncologie, son agent anti-angiogénique développé avec l'américain Regeneron, l'aflibercept, et le S1 (association de trois agents pharmacologiques), en partenariat avec le japonais Taiho, visent eux aussi le dépôt, en 2008, de leurs dossiers d'enregistrement dans les premières indications qu'ils ciblent. Pour le premier, il s'agit du traitement en troisième intention du cancer des ovaires, tandis que son programme clinique inclut aussi les cancers du pancréas et du poumon, ainsi que le cancer colorectal. Le second vise d'abord une indication pour le cancer gastrique, avec plusieurs autres études à venir dans des tumeurs solides.

Le modèle Trovax®

Alors que Sanofi-Aventis entend bien maintenir son leadership dans le domaine des vaccins, en particulier dans les domaines de la grippe, de la méningite et des vaccins pédiatriques combinés, le groupe s'attaque à de nouvelles cibles dans le domaine des maladies tropicales. Un vaccin tétravalent contre la dengue s'apprête à entrer en phase III, avec une demande d'AMM prévue en 2012. Parmi les autres pistes de Sanofi-Aventis, un vaccin contre l'encéphalite japonaise pour lequel il a conclu un accord de licence avec le britannique Acambis au début de l'année et des développements en immunothérapie. Ici, le groupe fait référence au cas de Trovax®, vaccin thérapeutique candidat pour le traitement de plusieurs formes de tumeurs solides. Trovax®, qui fait l'objet depuis six mois d'un accord avec la biotech britannique Oxford BioMedica, fait figure de modèle emblématique de la nouvelle stratégie affichée par le groupe. Ce modèle offre une bonne illustration de ce que veut faire Sanofi-Aventis. « Nous cherchons à avoir une synergie entre nos principaux domaines thérapeutiques, ici entre les vaccins et le cancer ». Cette stratégie devrait être rapidement synonyme de nouvelles acquisitions. Selon Marc Cluzel, celles-ci pourraient viser des produits ou des sociétés de biotechnologie, « les candidates privilégiées étant des sociétés déjà dotées de capacités de production ».

 

Anne-Lise Berthier et Valérie Moulle
Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site