Actualité publiée sur le site
Janvier 2008

Les principaux évènements intervenus pendant la trève des confiseurs

France

- Contretemps pour le libre accès des médicaments OTC
(La Tribune - 26 décembre 2007)

L'automédication ne décollera pas aussi rapidement que l'espéraient le gouvernement et les industriels, constate La Tribune. Le décret autorisant la vente en accès libre dans les pharmacies promis pour le début de l'année par Roselyne Bachelot tarde à se concrétiser. "Désormais, le ministère de la Santé se refuse à pronostiquer quelque date que ce soit pour ce fameux décret" souligne le quotidien qui évoque de nombreux obstacles dont le principal est lié au code de déontologie des pharmaciens qui fait partie intégrante du code de la santé publique et qui prévoit que le professionnel "veille à ce que le public ne puisse accéder directement aux médicaments". Or seul le président du Conseil national de l'Ordre des pharmaciens peut demander une modification du code de déontologie. Une fois l'écueil juridique franchi, l'Afssaps aura la tâche d'établir une liste de médicaments susceptibles d'être en accès libre parmi les 3 000 traitements d'automédication que compte la pharmacopée.

 

- Les déremboursements de médicaments provoquent d'importants reports de prescription
(Les Echos - 27 décembre 2007)

Alors que les veinotoniques ne sont plus remboursés par la Sécurité sociale depuis le 1er janvier, une étude de l'Institut de recherche et de documentation en économie de la santé (Irdes) signale que les précédentes vagues de déremboursements n'ont pas entraîné de réelles économies, rapportent Les Echos qui constatent que "le système est victime d'effets de reports". Si les médicaments déremboursés sont moins prescrits, les médecins les remplacent par d'autres produits, encore remboursés. L'étude constate que le nombre moyen de médicaments différents prescrits par consultation est identique avant et après le déremboursement, tandis que le coût total de l'ordonnance pour l'assurance-maladie comme pour le patient reste stable.

 

Laboratoires

- Eli Lilly investit en production en Italie
(Les Echos - 27 décembre 2007)

Face à la recrudescence du diabète, le laboratoire américain Eli Lilly va investir 250 millions d'euros en 2008 pour créer "un grand site de production d'insuline" afin d'augmenter ses capacités de production, annoncent Les Echos. Alors que "jusqu'ici, l'essentiel de la production d'insuline d'Eli Lilly venait de Fegersheim, près de Strasbourg", c'est le site de Sesto Fiorentino en Italie (Toscane) qui a été retenu : un laboratoire existant d'antibiotiques sera reconverti et "les quatre cent opérateurs en poste ont été formés à cette nouvelle production", précise le quotidien, qui ajoute que 250 personnes supplémentaires devraient être embauchées. Par ailleurs, un nouveau médicament du groupe contre le diabète, Byetta® (exenatide), déjà autorisé aux Etats-Unis et en Europe, "devrait être lancé en France au cours du premier semestre 2008". Eli Lilly ambitionne de sortir deux produits par an à partir de 2009-2010, et trois par an à partir de 2014.

 

- Enquête sur des violations de l'embargo contre l'Irak par des laboratoires
(Les Echos, Wall Street Journal Europe - 31 décembre 2007)

Dans le cadre d'une enquête initiée par la Grande-Bretagne en février 2007 sur des violations de l'embargo contre l'Irak en échange de pots de vin, trois laboratoires pharmaceutiques, GlaxoSmithKline, AstraZeneca et Eli Lilly ont du fournir des documents au bureau central de lutte contre la délinquance financière de Grande-Bretagne (SFO), rapportent Les Echos. Selon le quotidien, GSK et AstraZeneca nient avoir violé le programme Pétrole contre nourriture, appliqué entre 1996 et 2003 et qui permettait notamment à l'Irak d'acheter des médicaments sous l'égide de l'ONU en échange de la vente de son pétrole. Les deux laboratoires ont déclaré vouloir coopérer totalement dans cette enquête, ajoute le Wall Street Journal Europe.

 

- "Lonza achève son recentrage sur les sciences de la vie"
(Les Echos - 28 décembre 2007)

Le chimiste suisse Lonza a vendu 90 % de sa participation dans l'italien Polynt, pour 105 millions d'euros, à un autre laboratoire italien, Polimieri Speciali, rapportent Les Echos, qui notent que "l'opération est présentée comme la dernière étape du recentrage du groupe suisse", dont les produits chimiques destinés à l'industrie pharmaceutique "représentent désormais plus de 90 %" du chiffre d'affaires. Lonza ne détiendra plus que 3,4 % des parts de Polynt, société spécialisée dans les produits intermédiaires pour la fabrication de polymères.

 

- La Roumanie, porte d'entrée européenne des laboratoires indiens
(Les Echos - 26 décembre 2007)

Les Echos relatent la concurrence de trois génériqueurs indiens pour la reprise d'un laboratoire roumain, LaborMed, "6e plus important fabricant de médicaments dans ce pays avec un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros au premier semestre". Les candidats au rachat - Shreya Lifesciences, Lupin et Dr Reddy's Laboratories, seraient "prêts à débourser 68 millions d'euros". Le quotidien rappelle qu'en 2006 le premier génériqueur indien, Ranbaxy, a payé au prix fort - 321 millions de $ - l'acquisition d'un autre laboratoire roumain, Terapia. Les Echos expliquent "l'intérêt des groupes pharmaceutiques indiens pour la Roumanie" par une forte croissance attendue de la consommation de médicament (+15 % environ en 2008) et par la "porte d'entrée royale" que représente ce pays sur le marché de l'Union européenne : "en s'installant en Europe, les laboratoires du sous-continent prennent aussi une assurance tout risque contre un éventuel renforcement de la législation communautaire concernant l'importation de médicaments étrangers".

 

- "Les grands labos à l'assaut de la Chine"
(Le Figaro économie - 22 décembre 2007)

Actuellement neuvième pays au monde en termes de consommation de médicaments, le marché chinois estimé entre 15 et 20 milliards d'euros s'annonce comme "l'un des plus lucratifs au monde". Affichant un taux de croissance annuel de 20 à 30%, la Chine pourrait dès 2010 talonner la France et dépasser l'Allemagne et la Grande Bretagne, commente Le Figaro économie qui précise également que le marché des produits OTC devrait plus que doubler pour atteindre les 17 milliards de $ en 2011. Une aubaine pour les grandes firmes pharmaceutiques qui se sont positionnées depuis plusieurs années sur ce marché en devenir mais qui doivent faire face à la forte concurrence des produits de médecine traditionnelle chinoise, des génériques qui représentent 60% des médicaments vendus sur le territoire, ainsi que des produits de contrefaçon. Reste aux autorités chinoises à accélérer le rythme des mesures de protection de la propriété intellectuelle, et de réguler un circuit de distribution inefficace, gangréné par la corruption.

 

- Dans le cadre d'une augmentation de capital réservée, "les salariés de Sanofi-Aventis ont souscrit 1,5 millions de nouvelles actions de leur société", représentant 0,1 % du capital du laboratoire et 74 millions d'euros, rapportent Les Echos. Le prix proposé était de 48,55 euros par titre, soit "une décote de 20 % par rapport au cours moyen" des séances de Bourse du mois d'octobre. Au total, les salariés de Sanofi-Aventis détiennent "un peu plus de 1 % du capital".

 

- Les Echos rapportent la recapitalisation à hauteur de 3 milliards de $ de la société américaine Quintiles, "spécialisée dans la recherche clinique pour le compte de l'industrie pharmaceutique". A cette occasion, les fonds Bain Capital et 3i Group font leur entrée dans le capital de la société. Le fonds d'investissement de JP Morgan, One Equity Partners, a en revanche cédé sa participation.

 

- Merrion Pharmaceuticals, spécialisé dans la délivrance de médicaments, renonce à se coter sur le Nasdaq Global Market, en raison des conditions de marché défavorables, annonce le Wall Street Journal Europe. La société irlandaise avait initié cette opération en mars dernier et espérait lever à cette occasion jusqu'à 46 millions de $.

 

- Nouveau rebondissement dans l'affaire des essais cliniques de l'antibiotique Trovan® (trovafloxatine) de Pfizer conduits durant l'épidémie de méningite de 1996 au Nigeria : un juge nigérian a ordonné l'arrestation de trois des responsables locaux du groupe américain, au motif qu'ils ne se seraient pas présentés au tribunal devant lequel ils étaient convoqués pour audition en novembre dernier, rapporte le Wall Street Journal Europe.

 

Produits

- "Pilule amère" pour Wyeth
(Les Echos - 26 décembre 2007, Wall Street Journal Europe - 27 décembre 2007)

Mauvaise passe pour Wyeth : le génériqueur israélien Teva a lancé aux Etats-Unis une version générique de Protonix® (pantoprazole) alors que le brevet américain de cet anti-ulcéreux, l'un des médicaments les plus vendus de Wyeth, ne devrait expirer qu'en juillet 2010, rapporte le Wall Street Journal Europe. En septembre dernier, alors que Wyeth et le laboratoire allemand Altana demandaient l'interdiction de la commercialisation du produit de Teva, "le tribunal a donné raison au fabricant de génériques" qui contestait la validité du brevet, rappellent Les Echos, soulignant que Wyeth et Teva étaient "en pourparlers pour un règlement du litige à l'amiable". Autre mauvaise nouvelle pour le groupe américain, relatée par les deux quotidiens : la FDA a pour la deuxième fois refusé d'homologuer le bazedoxifène, candidat à la prévention de l'ostéoporose post-ménopausique, estimant les données cliniques fournies insuffisantes.

 

- Eisai confiant sur la validité de son brevet
(Wall Street Journal Europe - 28 décembre 2007)

Alors que la Cour du New Jersey a rejeté le 20 décembre dernier le recours déposé par Eisai contre l'américain Mutual Pharmaceutical, le laboratoire japonais estime que cette décision n'affecte en rien la validité, jusqu'en novembre 2010, de son brevet sur son médicament Aricept® (donepezil), destiné au traitement de la maladie d'Alzheimer, et qu'elle n'autorise pas Mutual Pharmaceutical à vendre une version générique de ce produit, rapporte le Wall Street Journal Europe. Selon la firme japonaise, la cour a estimé qu'il n'y avait pas de conflit entre les deux parties, la FDA n'ayant pas encore autorisé Mutual à commercialiser une version générique d'Aricept®.

 

- Les Echos signalent la suspension, suite à "l'apparition d'anomalies", d'essais cliniques avec la pafuramidine maléate, évaluée aux Etats-Unis "pour une forme de pneumonie affectant les malades du sida et pour la maladie du sommeil" précise le quotidien. Cette molécule est développée par l'américain Immtech et les droits de commercialisation en Europe ont été acquis par le français BioAlliance, qui décidera après examen des données "de continuer ou non avec le produit".

 

Nomination

- Agnès Renard-Viard directrice du LIR
(Les Echos - 27 décembre 2007)

Le LIR a une nouvelle directrice, annoncent Les Echos. En remplacement de Brigitte Calles, qui a quitté en septembre la direction de l'association des Laboratoires Internationaux de Recherche pour rejoindre Schering-Plough, a été nommée Agnès Renard-Viard, présidente de l'Institut Lilly et directrice du département communication de la filiale française d'Eli Lilly depuis trois ans. Docteur en pharmacie, Agnès Renard-Viard a occupé différents postes chez Roussel-Uclaf, à la Sofres Medical, chez Organon et chez Actelion Pharmaceuticals.

 

David Bilhaut, Julie Wierzbicki
Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site