Actualité publiée sur le site
Janvier 2011

Stallergenes cultive son jardin secret

Stallergenes connait aujourd'hui une profonde mutation et évolue progressivement vers une société de spécialités pharmaceutiques, en lien avec le monde agricole.

A quelques mètres du géant Sanofi-Aventis, et à quelques kilomètres de champs immenses, la société Stallergenes a inauguré le 20 janvier dans la zone industrielle d'Amily (Loiret) son deuxième site de production. Une unité de 1 000 m² sur un terrain de 5 000 m², et qui emploie quatre personnes à plein temps. Quelques saisonniers viennent plus que doubler les effectifs au moment des récoltes. Des récoltes de quel type ? Ivraie, pâturin, phléole, dactyle et flouve sont cultivés sur 45 hectares de champs avec pour objectif d'en extraire les pollens. Ces extraits purifiés et calibrés (traitement par concassage, séchage, tamisage entre 30 et 60 microns, dégraissage, puis séchage) sont la matière première aux traitements d'immunothérapie pour la désensibilisation des allergies aux pollens de graminées, et notamment au comprimé Oralair®. Premier du genre, ce comprimé représente "un progrès décisif" dans l'administration du traitement (historiquement par injections sous cutanées ou gouttes à déposer sous la langue). Son statut est équivalent à celui d'un médicament classique, tant dans la documentation de sa qualité pharmaceutique, que dans la rigueur de sa production ou encore dans la démonstration de son intérêt clinique.

Produire des pollens de graminées aux normes pharmaceutiques

Vêtu d'une blouse blanche, de sur-chaussures et d'une charlotte, on entre dans ce site d'Amily comme dans un site pharmaceutique. Et pour cause, "le site d'Amily produit des pollens dans le respect des normes pharmaceutiques, avec traçabilité par dossier de lot, maintien de la chaîne du froid et strictes conditions d'hygiène", indique Jacques Bonnet, responsable Matières premières allergéniques et responsable du site. Ce site est né de nouveaux besoins engendrés par l'enregistrement européen du comprimé. Stallergenes, jusque-là dépendant de deux petits fournisseurs de pollens de graminées, a ainsi sécurisé son approvisionnement en matières premières. Pour mettre sur pied ce site, le programme a débuté il y a plusieurs années en collaboration avec le Cemagref (Institut de recherche pour l'ingénierie de l'agriculture et de l'environnement). Une phase d'expérimentation en plein champ a permis de développer les techniques d'ensemencement et de récolte via une machine spécifique. Hybride d'un tracteur de dernière génération et d'une hotte aspirante multi-bras capable de traiter à elle seule 25 hectares de champs, elle a été brevetée par Stallergenes. "Avec des possibilités d'extension du bâtiment (à 2 000 m²) et de la surface de terrains exploitables (à 130 hectares), l'objectif de Stallergenes est de couvrir 50 % de ses besoins en matières premières dans les cinq prochaines années", précise Jacques Bonnet. Le site accueillera prochainement une partie des activités de production d'acariens aujourd'hui réalisées sur son site historique d'Antony. Celles-ci sont amenées à croître avec le futur enregistrement du comprimé Actair®. "Jusqu'à 5 à 6 tonnes seront nécessaires à l'horizon 2020, contre 1 tonne aujourd'hui", précise Albert Saporta, pdg de Stallergenes.

Juliette Badina
Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site