Actualité publiée sur le site
Janvier 2012

Hervé Gisserot (LIR) : « Promouvoir la recherche translationnelle »

Les laboratoires internationaux de recherche, qui ont accueilli un nouveau membre en leur sein (1), ont présenté les grandes lignes de leur programme pour l'année 2012. Le décloisonnement de la recherche public-privé, le développement des études pharmaco-épidémiologiques et la réflexion sur le modèle d'évaluation de l'innovation thérapeutique seront au cœur de leurs priorités.  

2012 sera l'année de la confirmation. A la veille du cinquième Conseil stratégique des industries de santé (CSIS), qui doit avoir lieu le 25 janvier prochain, les entreprises pharmaceutiques réunies au sein du LIR ont dévoilé leurs ambitions et leurs attentes pour les mois à venir. Hervé Gisserot (en photo), son président, est revenu sur l'engagement qui lie depuis trois ans les laboratoires de recherche et les pouvoirs publics. « Nous devons impérativement poursuivre les efforts initiés ces dernières années, notamment sur le front de la recherche translationnelle, véritable accélérateur de progrès thérapeutiques, explique-t-il. Il ne sert à rien d'inventer de nouveaux outils. Il suffit simplement d'appliquer les mesures du précédent CSIS (2) et de s'appuyer sur la recherche partenariale. » Et de citer les partenariats noués avec l'INCa (dans le champ la biologie moléculaire) et les centres d'investigation clinique, ou encore les fonds créés pour soutenir les PME du secteur de la santé (Matwin, InnoBio, Inserm Transfert, etc.). « Tous ces dispositifs vont dans le bon sens, estime-t-il. Ils apportent une clarté au paysage, qui facilite les contacts entre le monde académique et le monde industriel. » 

L'ère de la pharmaco-épidémiologie

Compte tenu des récentes évolutions législatives et réglementaires, les études pharmaco-épidémiologiques pourraient bientôt prendre le pas sur les études cliniques. D'après Guy Eiferman, pdg de MSD France, ce changement de paradigme doit coïncider avec le déploiement d'une nouvelle approche. « La France n'est pas spécialement en avance dans le domaine du post-AMM, souligne-t-il. Ces informations sont pourtant essentielles pour répondre aux enjeux de sécurité sanitaire et de suivi du médicament. Les statistiques aujourd'hui disponibles, à l'image des données du SNIIR-AM (3), sont généralement difficiles à obtenir. La création d'une ou de plusieurs bases de données, accessibles aux entreprises du médicament dans un esprit de partenariat, devient capitale pour mettre au point une évaluation pharmaco-épidémiologique standardisée (collecte, analyse des données, etc.). » Le LIR a donc choisi de lancer une enquête dans cinq pays de l'Union européenne, qui débutera au printemps prochain. Objectif affiché : étudier les pratiques de nos voisins pour proposer aux pouvoirs publics des pistes débouchant sur la mise en place de bases de données indépendantes et de référence internationale. Les résultats obtenus seront connus en fin d'année.

Un besoin de prédictibilité et de lisibilité

Les membres du LIR souhaitent, par ailleurs, repenser les fondamentaux de l'accès à l'innovation. Elles militent en faveur d'une évaluation « dynamique, complète et cohérente » du médicament, qui intègre les bénéfices enregistrés par la société. Elles réclament aussi plus de lisibilité et de prédictibilité. « Nous voulons ouvrir ce débat en 2012, confirme Denis Hello, président d'Abbott France. Il est indispensable de garantir aux patients français le même accès au progrès thérapeutique que dans les autres pays européens. Pouvoirs publics, organismes payeurs, médecins, chercheurs, industriels et associations de patients doivent œuvrer ensemble pour étudier des principes renouvelés et consensuels d'évaluation des produits de santé. »   
Soutenir et renforcer la compétitivité de la recherche française, pour faire face à une concurrence internationale toujours plus accrue, contribuer au développement des études pharmaco-épidémiologiques dans l'Hexagone et ouvrir le débat sur la construction d'un nouveau système d'évaluation basé sur le dialogue : telles sont les ambitions du LIR en cette nouvelle année. Le prochain CSIS apportera, à n'en pas douter, un premier éclairage sur ces questions.  


Jonathan Icart


(1) Bayer Healthcare Pharmaceuticals a rejoint le LIR le 19 janvier dernier, et devient ainsi la seizième entreprise de ce think tank dédié à l'innovation en santé.

(2) Voir Pharmaceutiques n°193 (janvier 2012) : « Stratégie industrielle, un CSIS sur fond de crise ».

(3) Système national d'information inter-régime de l'assurance maladie - SNIIR-AM.

Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site