Actualité publiée sur le site
Novembre 2016

« Ce sont les innovations qui feront évoluer le système de santé »

En ouverture des 6e Rencontres sur le système de santé, Jean-Yves Fagon a présenté sa vision du système français et les actions déjà entreprises depuis sa nomination comme "délégué ministériel à l'innovation" par Marisol Touraine en janvier dernier.

Un peu plus d'un an après l'annonce par Marisol Touraine de la création d'une « délégation de l'innovation en santé » rattachée à son ministère, Jean-Yves Fagon (en photo), premier titulaire de cette fonction (officiellement créée par un arrêté au Journal Officiel fin septembre 2016), a ouvert les 6e Rencontres sur le système de santé (1) organisées le 30 novembre à Paris. L'occasion pour l'ancien vice-président du CEPS de livrer sa vision de l'innovation en santé.
Objet de « plus de 70 définitions », celle-ci n'est pas synonyme de « nouveauté », n'est « pas forcément plus chère » et doit concourir à la réduction des inégalités en santé plutôt qu'à leur aggravation. « Ce sont les innovations qui feront évoluer le système de santé, et non pas l'inverse », résume-t-il. Un système caractérisé selon lui par sa lenteur, sa fragmentation, et une forte « culture du risque », qui consiste à réagir aux accidents par la création de règles ou de lois supplémentaires.

Orientation, évaluation et coordination

Au travail depuis que sa nomination à ce nouveau poste a été annoncée par la ministre de la Santé en début d'année, Jean-Yves Fagon a présenté les mesures déjà mises en œuvre par sa délégation. Pour faciliter l'orientation des acteurs de l'innovation, un guichet d'accueil a été ouvert, « aujourd'hui débordé par les porteurs de projets qui ne savent pas à qui s'adresser ni quelle est la bonne porte à laquelle frapper pour avancer », constate-t-il.
Autre axe de travail majeur, l'évaluation des innovations. Partisan de longue date d'une évaluation du médicament prenant en compte la place de ce dernier dans une solution de santé combinant une ou des molécules et d'autres technologies, Jean-Yves Fagon souligne qu'il s'agira d'un chantier important à l'avenir. Mais il existe deux autres champs sur lesquels l'évaluateur est aujourd'hui « totalement démuni » : le rôle des outils numériques dans l'aide à la décision et l'impact d'un produit sur les organisations de santé. Un groupe de travail a donc été mis en place pour progresser sur ces deux volets.
Enfin, un effort particulier doit être consacré à la coordination des stratégies régionales et nationales. « Un nombre très important d'innovations organisationnelles sont mises en place en région, dont certaines ont un réel potentiel de transformation du système, assure-t-il. Il faut leur donner les moyens de se développer au plan national. »

Julie Wierzbicki

(1) Organisées par M&M Conseil, en partenariat avec Gilead, Sanofi, Boehringer Ingelheim, Optic 2000 et le Cnam.

 

Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site