Actualité publiée sur le site
Février 2017

Inventiva à l'assaut d'Euronext et des maladies fibrotiques

Spécialisée dans le traitement des maladies fibrotiques fréquentes ou rares et des maladies lysosomales, Inventiva compte sur la Bourse pour amener ses deux molécules phares aux portes de la phase III, et être ainsi en position de force pour nouer un partenariat avantageux.

Créée en 2011 comme spin-off d'Abbott (1) par d'anciens cadres de la filiale française du groupe américain, la daixoise Inventiva s'apprête à franchir une étape cruciale, avec sa prochaine introduction sur Euronext. Ayant enregistré son document de base dès l'été 2016, la société a finalement préféré attendre une fenêtre de tir plus favorable. « Les marchés n'étaient pas très réceptifs à une entrée en Bourse en juillet dernier », commente sobrement Frédéric Cren (en photo), pdg et cofondateur d'Inventiva.
C'était reculer pour mieux sauter. L'entreprise se lance aujourd'hui avec l'appui de quatre investisseurs, dont deux fonds américains : BVF Partners L.P (qui s'est engagé à souscrire à l'offre à hauteur de 15 millions d'euros) et Perceptive Advisors (4 M€). « Pour l'industrie pharmaceutique, c'est aux Etats-Unis que ça se passe : il nous semblait donc indispensable d'attirer des fonds américains reconnus », souligne Frédéric Cren. Novo A/S (adossé au laboratoire danois Novo Nordisk) et le français Financière Arbevel souscriront également (respectivement pour 10 et 6 M€).
Au total, la société espère lever 48,3 M€, montant qui pourrait être porté à 58,3 M€ en cas d'exercice intégral de la clause d'extension et de l'option de surallocation, en se fondant sur un prix de l'action fixé en milieu de fourchette (8,50 à 9,75€). L'offre de placement globale sera close au 14 février, la date limite d'exercice de l'option de surallocation étant fixée au 16 mars.

Un business model « dérisqué »

Plusieurs candidats en clinique, une plate-forme de R&D, une chimiothèque de 240 000 composés et des accords conclus avec deux grands industriels, AbbVie et Boehringer Ingelheim lui permettant de générer déjà du chiffre d'affaires : la société offre un business model « dérisqué » à même, selon ses fondateurs, de garantir le succès de son introduction sur le marché. Le partenariat de recherche avec Abbvie, initié dès 2012, a abouti à l'entrée en clinique d'un premier candidat, dans le psoriasis.
Pour la société, l'opération boursière vise surtout à se donner les moyens de finaliser les études de phase IIb sur son produit phare, IVA337, un activateur des récepteurs PPAR. Ces récepteurs nucléaires contrôlent la fibrogenèse et sont donc des cibles de choix pour les pathologies fibrotiques, l'aire thérapeutique sur laquelle Inventiva a choisi de se focaliser. « Il y a peu, voire pas de traitements efficaces, assure Pierre Broqua, directeur scientifique et cofondateur d'Inventiva. Peu de sociétés pharmaceutiques ont réellement une expertise en R&D, d'où les accords et acquisitions nombreux dans ce domaine. »

Résultats cliniques en 2018

IVA337, petite molécule orale, est développée dans deux indications, la séatohépatite non alcoolique (NASH) et la sclérodermie systémique (SSC). Aucun médicament n'a encore été approuvé dans la NASH, dont le marché « s'élève à 35 à 40 Mds$ par an », indique Pierre Broqua. Par rapport aux concurrents en développement, IVA337 est le seul capable d'activer à la fois les trois sous-types de récepteurs PPAR. Dans la SSC, IVA337 a obtenu le statut de médicament orphelin en Europe et aux Etats-Unis. Les résultats de phase IIb devraient tomber au deuxième semestre 2018.
Un troisième programme clinique, conduit avec une autre molécule orale, IVA336, porte sur une maladie rare, lysosomale, la muccopolysaccharidose de type VI. Par rapport au traitement de référence (enzymothérapie de substitution), le composé d'Inventiva présente l'avantage d'être mieux distribué dans l'organisme. Pour l'avenir, ses fondateurs envisagent deux options : trouver un partenaire ou réaliser eux-mêmes l'étude pivot et prendre en charge la commercialisation, avec une force de vente réduite. Si cette seconde option semble privilégiée pour IVA336, pour IVA337 en revanche, un partenaire industriel (si possible le même pour les deux indications) sera indispensable pour mener à bien le programme de phase III.

Julie Wierzbicki

 

(1) Inventiva a été immatriculée auprès du Tribunal de Commerce de Paris en octobre 2011, huit jours après l'annonce par Abbott de sa scission. Elle a été créée dans l'objectif de reprendre partiellement les actifs du site de Daix des laboratoires Fournier (acquis par Abbott en 2010), que le groupe américain ne souhaitait pas conserver et pour lequel aucune offre satisfaisante ne s'était présentée.

 

Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site