Actualité publiée sur le site
Juin 2017

 

Le 39bis, un laboratoire de Sanofi 100 % e-santé

Sanofi investit dans le domaine du digital depuis plusieurs années, avec comme premier succès Diabeo. Nouvelle étape en fin d'année avec la création d'un laboratoire d'open-innovation entièrement dédié à la e-santé.


Sanofi France lancera d'ici la fin d'année un laboratoire exclusivement dédié à la e-santé sur son campus de Gentilly, a annoncé le groupe lors d'une conférence de presse à la pépinière parisienne Le Village by CA. Le nouveau laboratoire sera dénommé 39 bis, en référence à l'adresse du site Val-de-Marnais. Il sera composé d'espaces modulables sur 170 m2. « Une salle d'idéation, une autre de prototypage, un showroom et une agora inviteront à l'expérimentation à travers l'étonnement, l'agitation d'idées et la création », indique Isabelle Vitali (en photo), directrice Innovation & Business excellence de Sanofi France. Le lieu sera ouvert à l'ensemble des 25 000 collaborateurs de Sanofi en France et aux acteurs de l'écosystème de la santé. « Ce ne sera pas un incubateur, mais plutôt une offre complète de services et un lieu d'interactions avec des "startuppeurs", des juristes, des spécialistes du big data... permettant de comprendre les enjeux du parcours de soins et l'intégration des technologies de e-santé », reprend-t-elle.

5 besoins essentiels identifiés

L'objectif de Sanofi est de s'attaquer à cinq premières problématiques de santé publique sur lesquelles les outils digitaux pourront apporter des solutions : le rôle des pharmaciens d'officine parmi lesquels 66 % d'entre eux se disent prêts à vendre des objets connectés ; la pharmacovigilance pour capter les signaux faibles ; le diagnostic des affections cutanées par la création d'une banque d'images ; l'errance diagnostique dans le domaine des maladies rares ; et enfin la vaccination où la couverture est insuffisante. Selon Isabelle Vitali, « le marché de la e-santé en France est particulièrement attractif avec un potentiel estimé de 2,2 à 3 milliards d'euros par an à l'horizon 2020 ». Le marché de la télésanté était de 340 M€ et celui des objets connectés de 60 M€ en 2014. 100 000 applis santé existent déjà. « Les start-ups sont nombreuses, mais seule la moitié a commencé à commercialiser des produits, ne représentant qu'un chiffre d'affaires d'un million d'euros », prévient-elle. Différents programmes nationaux soutiennent le secteur : Stratégie e-santé, Industrie du futur, et le programme "Territoire de soins numériques" qui bénéficie d'un financement de 80 M€.

Un acteur déjà bien ancré

Cette annonce fait suite au déploiement de la stratégie e-santé de Sanofi France depuis plus de deux ans. Le groupe a déjà noué de nombreux partenariats avec des incubateurs et clusters, à l'image de l'incubateur Le Village by CA, situé rue de la Boétie en face de son siège mondial. Isabelle Vitali se réjouit également de partenariats avec plusieurs start-ups, écoles et acteurs académiques comme le Schoolab, living lab et associations de patients. Elle se félicite d'un portefeuille de 20 sites web d'informations sur les pathologies et 9 sites sur les produits ; de 10 applis dont Mon Glucocompteur qui a reçu un label mHealth Quality et a fait l'objet de plus de 20 000 téléchargements ; et de la première solution de télémédecine ayant obtenu un avis favorable de la HAS, Diabeo. Cinq programmes sont en phase pilote : le serious game Socrate dans les maladies rares, l'appli Medpics pour le partage de photos et de cas cliniques, le "Coach Team de Nuit" avec Umanlife, l'appli DiabVoyages, ou le fauteuil connecté d'évaluation du stress. L'inauguration du laboratoire gentiléen en décembre, sera l'occasion de faire un bilan sur l'avancement de ces programmes.

Juliette Badina

 

Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site