Actualité publiée sur le site
Janvier 2005

Chirac et Beffa veulent relancer la politique industrielle

Chargé en septembre dernier par Jacques Chirac d’une mission sur une nouvelle politique industrielle pour la France, le pdg de Saint-Gobain, Jean-Louis Beffa, n’aura pas attendu d’avoir remis le rapport du groupe de travail qu’il préside pour en présenter les conclusions.

« La France ne peut trouver sa place dans la nouvelle division internationale du travail que si elle prend l’initiative de remobiliser ses capacités industrielles et ses potentiels de recherche », prévient d’emblée le pdg de Saint-Gobain. Or, elle souffre de trois grands maux : une spécialisation trop importante de son industrie dans des secteurs de faible technologie, un manque de coordination entre recherche publique et entreprises et un soutien insuffisant de l’Etat à l’innovation industrielle.

Il faut aujourd’hui, selon Jean-Louis Beffa que la France, à l’image du Japon ou des Etats-Unis, se dote de nouveaux instruments permettant de réorienter l’industrie vers les secteurs technologiques « de très haute valeur ajoutée comme les énergies non polluantes, les transports économes en énergies ou les biotechnologies ».

Le message a été largement entendu par le Chef de l’Etat. Jacques Chirac a ainsi indiqué, lors de la présentation de ses vœux aux « forces vives » : « à chaque fois que ces (grandes) entreprises, en coopération avec les petites et moyennes entreprises, investiront dans des programmes de mobilisation pour l'innovation industrielle, l'Etat mettra la même somme, notamment en avances remboursables ». Et de citer notamment, parmi ces programmes, ceux relatifs aux nouveaux traitements contre les maladies infectieuses ou neurodégénératives. Pour les identifier et les coordonner, une Agence pour la promotion de l'innovation industrielle « sera créée très prochainement sous l’autorité du Premier ministre ». Elle sera dotée de 2 milliards d’euros d’ici à 2007, dont 500 millions dès 2005. Un budget qui sera financé par une partie des recettes des privatisations.

Jocelyne Rajnchapel-Messaï
Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site