Actualité publiée sur le site
Janvier 2005

CNRS et Laboratoires Pierre-Fabre : un partenariat exemplaire

Prolongement et aboutissement d’un partenariat initié en 1999 entre Les Laboratoires Pierre Fabre et le CNRS, l’Institut des sciences et techniques du médicament de Toulouse (ISTMT) a été inauguré le 28 janvier 2005 à Toulouse par Philippe Douste-Blazy, ministre de la Santé, et François D’Aubert, ministre délégué à la Recherche.

Situé sur le parc technologique du Canal, l’ISTMT regroupe, dans un même bâtiment de 3 000 m², 60 chercheurs, pour moitié Pierre Fabre et moitié CNRS. Il vise à identifier de nouvelles cibles, de nouveaux outils de recherche et découvrir de nouvelles molécules pour le traitement des pathologies humaines, au premier rang desquelles le cancer, au sein de trois unités mixtes de recherche et de services.

L’unité de Chimie des substances naturelles bioactives est chargée de constituer une bibliothèque d’extraits de substances naturelles et de l’enrichir par des molécules de synthèse. Elle travaille aussi à l’isolement et à l’identification, à partir des extraits, de molécules présentant une activité pharmacologique.

L’unité de criblage pharmacologique est dotée d’une plate-forme robotisée de criblage à haut débit des molécules identifiées par l’unité de Chimie sur des cibles d’intérêt thérapeutique.

L’unité de Recherche dans le domaine du cancer, appelée Centre de recherche en pharmacologie santé, s’attache à la découverte de nouvelles cibles et de nouveaux outils de recherche en oncologie et à l’analyse du mécanisme d’action des molécules issues du criblage.

En outre, la présence sur le site du Centre de recherche en oncologie expérimentale de Pierre Fabre, permet d’importantes synergies dans le domaine du cancer.

« L’ITSMT est le fruit d’une longue collaboration qui s’est peu à peu resserrée » explique Jean-Edouard Gairin, directeur de l’ISTMT et enseignant chercheur à la faculté de pharmacie (université Paul Sabatier de Toulouse), « Nous avons eu dès le départ des relations humaines et une relation de confiance. Ce partenariat montre que chercheurs du public et du privé sont capables de travailler ensemble et de générer des connaissances et des produits qu’ils n’auraient pas pu générer en travaillant seuls ».

L’ISTMT, qui a vocation à s’installer, courant 2007, sur le site du Cancéropole de Toulouse, actuellement en cours de construction sur l’ancien site de l’usine AZF, entend se positionner comme un pôle d’excellence en recherche dans les biotechnologies pharmaceutiques appliquées aux substances naturelles.

Jocelyne Rajnchapel-Messaï
Rechercher
Dans l'actualité
publiée sur le site