Archives
17 janvier 2008

Nouveaux déboires pour l'insuline inhalée

Les insulines inhalées trouveront-elles leur place dans l'arsenal thérapeutique des diabétiques ? Après l'arrêt en octobre dernier de la commercialisation d'Exubera®, dont Pfizer avait racheté l'intégralité des droits à Sanofi-Aventis un an et demi auparavant pour 1,3 milliard de $, c'est maintenant un des grands spécialistes du diabète, Novo Nordisk qui révise ses ambitions dans le domaine.
Le groupe danoise vient d'annoncer qu'il réoriente le développement du système AERx® IDMS pour l'inhalation d'insuline. Comparativement aux dispositifs disponibles actuellement pour les injections d'insuline, les bénéfices apportés par ce système acquis auprès de l'américain Aradigm n'ont pas été jugés suffisamment significatifs par le danois, tant au niveau clinique qu'en termes d'utilisation pratique. Cette décision ne semble toutefois pas hypothéquer complètement les suites du développement de ces dispositifs chez Novo Nordisk. Alors que le programme AERx® avait été appliqué à une insuline à action rapide, le groupe danois va maintenant concentrer ses travaux sur des systèmes destinés à l'inhalation d'insuline à action lente et de GLP-1 (glucagon like peptide-1) et sur des technologies reposant sur l'utilisation de formulations liquides ou en poudre. Ces études seront réalisées dans ses centres de recherche d'Hillerod au Danemark et d'Hayward en Californie.
Toutefois, si ce dernier centre est situé à proximité des installations d'Aradigm, la société américaine ne devrait pas participer à ces travaux et une renégociation de leur accord de partenariat semble d'ailleurs à l'ordre du jour chez Novo Nordisk. Cet arrêt du programme AERx® devrait également avoir un impact important sur le bénéfice opérationnel de la société qui devrait être amputé de 1,3 milliard de couronnes danoises (174,5 millions d'euros) en 2007. Pour mémoire, le bénéfice opérationnel de Novo Nordisk s'était établi à 9,12 milliards de couronnes l'année précédente.