Archives
24 janvier 2008

Roche : une activité tous azimuts

Poursuite, avec l'acquisition de l'américain Ventana, de la politique de rachats ciblés pour renforcer son portefeuille de technologies, investissements sur ses sites européens de production et de R&D, acquisition d'une licence sur un nouvel anticorps candidat au traitement de cancers... Ces derniers jours, l'actualité de Roche offre une excellente illustration de la stratégie que le groupe suisse décline habilement, en particulier depuis le rachat de Genentech en 1990, pour renforcer ses capacités d'innovation thérapeutique et son potentiel de croissance.

Rachat américain. Dernier épisode en date, la conclusion d'une opération mouvementée initiée fin juin dernier pour le rachat de l'américain Ventana, spécialiste de l'histopathologie et du diagnostic des cancers. Initiée à 75 $ par action, l'offre a été repoussée plusieurs fois par Ventana qui ne la jugeait pas conforme à sa valorisation. Finalement, après plus de six mois de tractations, le groupe suisse a relevé son offre à 89,5 $ par action, chiffrant ainsi le montant de l'opération à quelque 3,4 milliards de $. Alors que cette offre correspond à une prime de 19,3 % par rapport au prix proposé en juin dernier, le montant final de la vente devrait plus que satisfaire les actionnaires de Ventana, puisqu'il représente plus de 14 fois le montant des ventes réalisées par le groupe en 2006 (1).

Investissements européens. Outre cette opération dont l'intérêt devrait se manifester tant ses activités dans le domaine du diagnostic in vitro que dans celui du cancer, le groupe continue à investir sur ses sites de production et de R&D et vient de prendre une décision peu courante aujourd'hui dans une industrie pharmaceutique qui, pour la production comme pour la R&D, tourne de plus en plus ses regards vers la Chine et l'Inde. C'est en effet sur trois sites situés en Allemagne et en Suisse que Roche s'apprête à investir quelque 430 millions de francs suisses, portant ainsi à un milliard de francs suisses (620 millions d'euros) les investissements consacrés par le groupe à la production pharmaceutique en Allemagne et en Suisse. L'essentiel de la somme, soit 280 millions de francs suisses (175 millions d'euros), sera dévolu à l'extension des activités de R&D biotech sur le site de Penzberg, site allemand majeur de Roche où est notamment produit Avastin® (bevacizumab). Les 150 millions restants (93,7 millions d'euros) seront consacrés au site allemand de Mannheim et au site suisse de Kaiseraugst, sur lesquels seront développées les capacités de remplissage de seringues pour trois médicaments déjà commercialisés ou proches de la commercialisation. Sont concernés ici Mircera® (CERA - activateur du récepteur de l'érythropoïétine) autorisé dans l'UE pour le traitement de l'anémie chez des patients atteints d'insuffisance rénale chronique, son interféron pégylé Pegasys® (peginterféron alfa-2a) pour le traitement de l'hépatite C et Actemra® (tocilizumab). Candidat au traitement de la polyarthrite rhumatoïde, cet anticorps monoclonal humanisé issu de la recherche Chugai pourrait arriver sur le marché courant 2009.
Enfin, le groupe suisse continue à élargir son portefeuille de produits, via Glycart Biotechnology, société suisse dédiée à l'amélioration de l'activité d'anticorps thérapeutiques rachetée en juin 2005. Cette dernière vient d'acquérir auprès de Cancer Research Technology Ltd, structure de transfert de technologie appartenant à l'organisation caritative britannique Cancer Research UK, une licence sur un anticorps dirigé contre un marqueur protéique surexprimé dans certains cancers dont le cancer colorectal. Glycart lui appliquera ses technologies de glycosylation afin d'augmenter son efficacité et une collaboration a été mise en place avec Cancer Research Technology Ltd et l'université d'Oxford pour une évaluation pré-clinique de l'anticorps ainsi modifié.

(1) Les ventes de Ventana se sont établies à 238 millions de $ en 2006 et représentent 212 millions de $ sur les neuf premiers mois de l'année 2007.