Archives
24 janvier 2008

Ipsen s'allie au Salk Institute de La Jolla dans trois programmes de recherche

Le Salk Institute vient de conclure une alliance inédite. C'est en effet la première fois que le prestigieux centre de recherche californien s'engage dans un partenariat avec une firme pharmaceutique. Mais l'heureux élu, le français Ipsen, n'est pas un inconnu pour le Salk Institute, et plus particulièrement pour son président, le Dr Roger Guillemin (1). C'est en effet son laboratoire au sein de l'institut californien qui est à l'origine de la découverte, il y a plus de trente ans, de la somatostatine, principe actif de Somatuline®, médicament d'Ipsen destiné au traitement de l'acromégalie et des tumeurs neuroendocriniennes. Sur le plan purement scientifique, la Fondation Ipsen et le Salk Institute organisent conjointement des colloques annuels sur la complexité biologique. Deux symposiums se sont déjà déroulés à La Jolla, le premier en janvier 2007 sur les "maladies de la transcription", et notamment du rôle des facteurs de transcription dans les mécanismes biologiques normaux et pathologiques, et le second la semaine dernière sur le thème "gènes, circuits et comportements". Par ailleurs, la firme française dispose depuis 1979 d'installations de recherche aux Etats-Unis et y a inauguré en 2005 une nouvelle unité de biotechnologie.
Concrètement, le protocole d'entente entre les deux structures définit la création d'un "programme des sciences de la vie" pour cinq années, au cours desquelles Ipsen apportera une contribution financière annuelle de 2,5 millions de $. Ce programme se divise en trois volets. Le premier, financé à hauteur de 750 000 $ par an par le laboratoire français, sera réalisé par des chercheurs du Salk Institute qui travailleront sur les maladies prolifératives avec comme objectif le développement de concepts thérapeutiques originaux dans les adénomes hypophysaires. Ipsen disposera de droits exclusifs sur les résultats issus de ces recherches. Le second volet, bénéficiant d'une subvention de 1,25 millions de $ par an, concernera le rôle de l'inflammation chronique dans différentes pathologies : les pathologies malignes, la perte des fonctions cognitives, les troubles du mouvement et les syndromes métaboliques. Le troisième et dernier volet financera, pour 500 000 $ annuels, l'exploration de concepts scientifiques de pointe par de jeunes chercheurs du Salk Institute, éventuellement français.

(1) Prix Nobel de médecine et de physiologie en 1977, le Dr Guillemin assure la présidence intérimaire du Salk Institute depuis octobre 2007.