Archives
08 janvier 2009

Trophos se refocalise pour réduire ses coûts

Fragilisée par la crise, la société française Trophos a choisi de concentrer ses activités sur la neuroprotection et la cardioprotection, décision qui s'accompagnera d'un plan de réduction des coûts en cours de finalisation. Ce recentrage découle largement de la réflexion stratégique à laquelle s'est attelé dès son arrivée en juin dernier son nouveau pdg Damian Marron (voir BioPharmaceutiques n°70). Mais il est également lié aux résultats décevants obtenus par deux programmes en phase clinique. Trophos a ainsi décidé d'arrêter le développement de son produit phare, TRO19622 (cholestérol-oxyme ciblant la mitochondrie), dans deux des cinq indications dans lesquelles il était développé : la douleur neuropathique diabétique et la stéatose hépatique non alcoolique (voirTableau Etudes cliniques 1 et 2). Dans la première indication, le produit n'a pas satisfait au critère principal d'évaluation, le soulagement de la douleur symptomatique par rapport au placebo. Dans la seconde, c'est la variabilité trop importante avant traitement des valeurs du critère principal - le taux des enzymes hépatiques circulantes - qui a été invoquée pour justifier l'arrêt de l'étude exploratoire. Faute de résultats probants, Trophos va également mettre un terme au développement de son programme plus amont dans la maladie de Huntington.

Subventions nationales et européenne. La société va désormais se focaliser sur deux produits et quatre indications. TRO40303, autre molécule ciblant la mitochondrie, devrait entrer en clinique mi-2009 dans le traitement des lésions d'ischémie-reperfusion. Son développement a reçu le soutien de l'Agence nationale de la recherche (ANR) qui a octroyé une subvention de près d'un million d'euros l'an passé. Quant à TRO19622, il doit très prochainement entrer en phase IIa en France dans le traitement des neuropathies liées à la chimiothérapie. Les résultats de cette étude exploratoire qui inclura 40 patients sont attendus pour la fin de l'année. Le développement de cette molécule se poursuit également dans l'amyotrophie spinale, indication dans laquelle une étude de phase Ib a déjà été réalisée chez des patients âgés de 6 à 25 ans (voir Tableau Etudes cliniques). Ce programme bénéficie du soutien financier de l'Association française contre les myopathies (AFM).

Pour son troisième programme en cours avec TRO19622, dans le traitement de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), Trophos a reçu l'appui de la Commission européenne. Le consortium européen MitoTarget coordonné par la société - qui en est le seul acteur industriel - s'est vu attribuer une subvention de près de 6 millions d'euros via le 7e programme cadre européen de R&D. Ce projet d'une durée de trois ans permettra notamment d'étudier l'efficacité et la sécurité de TRO19622 dans un essai clinique de grande envergure chez des patients atteints de SLA. Par ailleurs, la société a reçu à nouveau l'appui de l'ANR fin 2008, via un autre projet qu'elle coordonne, MS-Repair, auquel l'agence a accordé une subvention d'environ 800 000 euros. Ce projet concerne une nouvelle indication, la sclérose en plaques, et permettra d'évaluer sur des modèles in vivo l'intérêt de composés de Trophos - TRO19622 et autres molécules de la même famille - dans cette pathologie.