Archives
08 janvier 2009

Le desmoteplase repart en phase III

Touché mais pas coulé. Le produit phare de l'allemand Paion, le desmoteplase, va de nouveau tenter sa chance en phase III dans le traitement des attaques cérébrales. Le danois Lundbeck, qui a récupéré en décembre 2007 l'intégralité des droits mondiaux sur ce produit, a initié fin 2008 un nouveau programme clinique de phase III, comprenant deux essais contre placebo devant chacun inclure environ 320 patients qui seront enrôlés en Europe, aux Etats-Unis, au Canada, en Amérique du Sud et en Asie (voir Tableau Etudes cliniques et Tableau Accords). Le premier essai qui vient de débuter devrait s'achever début 2011.

Nouveau critère de recrutement. La précédente étude de phase III conduite avec le desmoteplase n'avait pas permis de montrer de différence significative par rapport au placebo. Cet échec avait conduit l'américain Forest Pharmaceuticals, alors partenaire de Paion pour le développement et la commercialisation du produit en Amérique du Nord, à jeter l'éponge (voir BioPharmaceutiques n°33). Une analyse plus pointue des résultats a cependant permis d'identifier la faille : un nombre important des patients recrutés ne présentaient pas de caillots dans les artères, alors que l'action du desmoteplase, un activateur recombinant du plasminogène, repose justement sur la dissolution de tels caillots (voir BioPharmaceutiques n°39). Afin de ne pas se heurter au même écueil, le contrôle de la présence effective de tels caillots par angiographie constituera le principal critère d'inclusion des patients dans le cadre du nouveau programme de phase III. Le desmoteplase devra être administré dans une fenêtre allant de trois à neuf heures après la survenue de l'attaque cérébrale, et l'efficacité du produit sera évaluée après 90 jours. Le seul médicament thrombolytique actuellement autorisé dans cette indication, l'alteplase de Boehringer Ingelheim, doit lui être utilisé dans un délai de trois heures, des études récentes ayant suggéré une extension possible de la fenêtre d'utilisation jusqu'à quatre heures et demie (voir BioPharmaceutiques n°78).

Progression d'un antidouleur. Parallèlement à la relance du desmoteplase, un autre produit de Paion progresse en clinique. La société a annoncé fin décembre 2008 l'achèvement du recrutement des patients dans le cadre d'un essai de phase IIa conduit en Europe de l'Est avec CNS 5161, composé récemment acquis via le rachat de la société britannique CeNes (voir BioPharmaceutiques n°62). Paion développe cet antagoniste du récepteur NMDA en partenariat avec l'allemand Ergomed, en vertu de l'accord que ce dernier avait conclu avec CeNes en juillet 2006 (voir Tableau Accords). L'essai de phase IIa qui vient de s'achever, incluant 24 patients présentant une douleur liée au cancer réfractaire aux opiacées, constitue la première étude testant plusieurs administrations du produit. Les résultats complets devraient être publiés à la fin du premier trimestre 2009, Paion indiquant d'ores et déjà qu'un effet analgésique dose-dépendant aurait été constaté.