Archives
15 janvier 2009

Wyeth Pharmaceuticals se rallie aux technologies de Santaris

Chez Wyeth, l'année 2009 débute sous le signe de l'Europe... Après l'annonce la semaine dernière de discussions préliminaires en vue d'un éventuel rachat du néerlandais Crucell, le groupe américain tourne aussi ses regards vers l'Europe du Nord, et plus spécifiquement vers le Danemark. Ici, l'intérêt de Wyeth se porte sur les technologies innovantes de Santaris Pharma pour la mise au point et la commercialisation de nouvelles générations d'oligonucléotides antisens sur la base de ses plateformes Locked Nucleid Acid (LNA - ARN verrouillé). L'accord intervenu entre l'américain et le danois vise la mise au point d'inhibiteurs de deux catégories d'ARN, les ARN messagers, issus de la transcription des gènes, et les microARN, courtes séquences d'oligonucléotides qui participent au contrôle de l'expression des gènes au niveau post-transcription. Avec cette stratégie, il s'agit ainsi d'obtenir des produits capables d'agir sur l'expression de gènes régulés spécifiquement par ces ARN. Santaris Pharma appliquera ainsi sa technologie LNA à la génération de candidats contre une dizaine d'ARNm et microARN cibles, fournis par Wyeth qui prendra ensuite en charge développement et commercialisation des produits. Les domaines thérapeutiques inclus dans cette alliance n'ont pas été révélées.

Depuis la création de Santaris Pharma en 2003, cet accord est le troisième intervenu avec un laboratoire pharmaceutique. Une première alliance concernant six cibles en oncologie a ainsi été établie en juillet 2006 avec l'américain Enzon Pharmaceutical, suivie en décembre 2007 par un partenariat stratégique avec le britannique GSK sur quatre cibles en infectiologie GSK (voir Tableau Accords). Si ce dernier accord recèle un montant potentiel de 700 millions de $, l'association avec Wyeth crève ce plafond. Outre un paiement initial de sept millions de $ et une prise de participation d'un montant de dix millions de $, les paiements d'étape attribués à Santaris Pharma pourront atteindre jusqu'à 83 millions de $ par cible, soit un financement total de près de 850 millions de $ (643 millions d'euros), auxquels pourront s'ajouter des royalties sur les ventes des fruits du partenariat.