Archives
15 janvier 2009

Nouveau partenaire pour le programme LFA-1 de Cerep

Le français Cerep poursuit sa stratégie de recentrage sur ses seules activités de services initiée fin 2006 (voir BioPharmaceutiques n°8). Après avoir terminé l'année 2008 par un accord de licence avec Sanofi-Aventis dans le traitement du diabète, la société vient de céder un autre produit de son portefeuille de R&D interne aux laboratoires Théa, premier groupe indépendant européen en ophtalmologie (voir Tableau Accords).

Premier antagoniste du récepteur inflammatoire LFA-1 de type petite molécule, le composé pour lequel Théa vient d'acquérir une licence mondiale exclusive avait initialement été développé dans le traitement des maladies immuno-inflammatoires systémiques, dans le cadre d'une collaboration entre Cerep et Bristol-Myers Squibb initiée en 2000. Le laboratoire américain avait mis fin à ce développement au premier semestre 2006, une hépatotoxicité du composé ayant été observée en phase II des essais cliniques. Ayant repris le dossier, Cerep a identifié de nouvelles indications pour son produit et choisi une autre voie d'amdministration, passant de la voie orale à la voie topique locale, ce qui devrait permettre d'éviter les problèmes hépatiques. L'accord avec Théa confirme la validité de cette nouvelle orientation. Le laboratoire va « tout reprendre de zéro » et initier prochainement de nouveaux essais pharmacologiques chez l'animal, en vue d'établir la preuve de concept dans le traitement des maladies inflammatoires de l'oeil. Selon Emmanuel Muriaux, directeur du business development de Théa, le composé acquis auprès de Cerep pourrait potentiellement traiter l'inflammation de n'importe quel tissu oculaire.