Archives
15 janvier 2009

Un nouveau fonds pour faire le lien entre biotech et pharma

En ces temps de crise où il est de plus en plus difficile pour les jeunes entreprises de biotechnologie de lever des fonds auprès d'investisseurs en quête de retombées rapides, la société de conseils suisse HS LifeSciences propose une solution de financement originale, dont le principal attrait est de dispenser les compagnies biotech de la chasse aux capitaux-risqueurs. Elle a mis en place un fonds d'investissements baptisé QureInvest, dédié aux jeunes sociétés dotées d'une forte expertise scientifique et dont les technologies ou les produits sont susceptibles d'intéresser un partenaire pharmaceutique à court terme, c'est à dire dans les deux ans. Ce modèle vise un triple objectif. Il doit permettre aux entreprises biotech de se concentrer sur leurs activités de R&D et aux pharma de nouer des partenariats à un stade précoce - s'assurant ainsi que les processus de développement menés par leur jeune partenaire répondent bien à leurs exigences - tout en autorisant un retour sur investissement plus rapide pour les investisseurs.

QureInvest a pour l'instant récolté 27,5 millions de francs suisses (18,4 millions d'euros) auprès d'investisseurs privés individuels allemands et suisses ; une autre levée de fonds est envisagée pour 2009 ou 2010. Les montants déjà acquis vont permettre de financer deux ou trois compagnies. La première de ces heureuses élues est la société suisse CT Atlantic, spin off de l'université de Zürich et du Ludwig Institute for Research Cancer (LICR) basé aux Etats-Unis. QureInvest lui a accordé 10 millions de francs suisses (6,7 millions d'euros), qui financeront l'avancement de ses programmes en phase préclinique. Fondée en 2008, elle développe une approche d'immunothérapie anticancéreuse à base d'anticorps, dérivés d'anticorps humains obtenus auprès de cohortes de patients dont la maladie est stabilisée.

« Nous investissons dans des compagnies et en parallèle nous prenons en charge leur business development », explique Karsten Henco, président d'HS LifeSciences. « Nous cherchons aussi à établir des relations actives sur le long terme avec les institutions à l'origine des inventions exploitées ». Dans certains cas, la société de conseils prévoit également de contrôler plus étroitement les opérations de la société financée via QureInvest : ainsi, c'est le directeur général d'HS LifeSciences, Edward Stuart, qui assume la direction générale de CT Atlantic.