Archives
22 janvier 2009

ERYtech prépare le lancement d'un essai clinique aux Etats-Unis

Alors qu'elle s'apprête à lancer un programme de phase III en Europe pour son produit le plus avancé, la société lyonnaise ERYtech Pharma prépare son développement futur aux Etats-Unis. Elle vient de conclure son premier accord avec un prestataire étranger, la région Penn Jersey de la Croix-Rouge américaine, pour la production outre-Atlantique de lots cliniques GMP de ses médicaments. Le temps de transférer les procédés aux équipes de la Croix-Rouge et de finaliser les discussions avec la FDA, et ERYtech espère pouvoir lancer dès 2010 son premier essai américain avec son produit leader, GRASPA®, dans le traitement de la leucémie lymphoblastique aiguë.

Enzyme encapsulée. GRASPA® repose sur l'encapsulation dans des globules rouges de la L-asparaginase, une enzyme classiquement utilisée en association dans les protocoles de chimiothérapie, qui en détruisant l'asparagine plasmatique prive les cellules tumorales d'un acide aminé nécessaire à leur prolifération. L'encapsulation de la L-asparaginase augmente sa demi-vie et permet d'éviter les réactions allergiques. GRASPA® a déjà fait l'objet d'un essai clinique de phase II, dans le traitement de cette forme de leucémie, dont les résultats ont été présentés en décembre dernier à San Francisco, à l'occasion du 50e congrès annuel de la Société américaine d'hématologie. GRASPA® bénéficie dans cette indication du statut de médicament orphelin en Europe depuis fin 2006. Dans le cadre de cet essai mené en France auprès de 24 patients (12 adultes et 12 enfants) avec une leucémie lymphoblastique aiguë récidivante, trois groupes de patients ont reçu le produit d'ERYtech (trois dosages testés) et un quatrième groupe a été traité par la L-asparaginase native. Selon les résultats présentés, une seule injection de la dose la plus élevée de GRASPA® aurait permis d'obtenir une déplétion plasmatique prolongée en asparagine, équivalente à l'effet de huit injections de L-asparaginase non-encapsulée et ce, avec un profil de sécurité amélioré.

Un essai clinique de phase III, cette fois de dimension européenne, pourrait débuter dès le troisième trimestre 2009. En s'appuyant sur les résultats obtenus en phase II, ERYtech va entamer des discussions avec des partenaires potentiels en vue de la commercialisation de son produit leader.

Applications multiples. Un deuxième programme clinique avec GRASPA® doit être initié en France dans le courant du premier semestre 2009, cette fois dans le traitement de tumeurs solides, ici, le cancer du pancréas. D'autres indications sont à l'étude, comme le cancer de l'ovaire ou le cancer de la tête et du cou. ERYtech développe également une technologie innovante de vaccination antitumorale, fondée sur l'encapsulation d'antigènes tumoraux dans des globules rouges traités pour cibler spécifiquement les cellules immunitaires, macrophages et cellules dendritiques. Cette approche a été validée chez l'animal et des données d'efficacité ont été dévoilées l'automne dernier à New York à l'occasion d'un symposium international sur les vaccins anticancéreux. Mais l'entreprise applique aussi sa technologie d'encapsulation de molécules dans des globules rouges à des pathologies non cancéreuses. Par exemple, l'encapsulation d'un effecteur allostérique de l'hémoglobine, qui améliore l'oxygénation des tissus, aurait déjà permis d'obtenir des résultats encourageants in vitro en vue du traitement de l'anémie falciforme, des résultats qui ont également été présentés le mois dernier au congrès de la Société américaine d'hématologie.