Archives
22 janvier 2009

ONI BioPharma, un américain coté à Paris

Radiée de l'American Stock Exchange depuis le 19 décembre 2008 pour cause de résultats déficitaires sur trois des quatre dernières années fiscales, la société américaine ONI BioPharma a choisi de se réfugier sur les places boursières européennes. Le 15 décembre 2008, elle est donc devenue la première société américaine cotée sur Alternext Paris, grâce à l'appui de Bryan Garnier qui a pu accélérer cette procédure d'introduction sur une place jugée plus adaptée aux sociétés de biotechnologie. ONI devrait prochainement intégrer l'indice Next Biotech, qui, depuis son lancement en avril dernier, regroupe l'ensemble des sociétés de biotechnologie cotées sur Euronext et Alternext (voir BioPharmaceutiques n°62). Aucune levée de fonds n'est prévue dans l'immédiat, l'entreprise souhaitant d'abord nouer des contacts avec des investisseurs spécialisés dans le secteur biotech. Elle reste par ailleurs cotée aux Etats-Unis, sur l'OTC market.

Ce choix n'est pas anodin. « La France est déjà et demeure un chef de file dans la santé et les biotechnologies », a affirmé Stanley B. Stein, le directeur général d'ONI BioPharma, lors de la présentation de sa société la semaine dernière à Paris. La cotation parisienne de la société n'est d'ailleurs que le prélude à une installation plus concrète en France. ONI BioPharma prévoit en effet d'ouvrir une usine à Lyon, où elle conduira une part de ses activités dans ses branches diagnostic et antibiotiques. Les discussions avec les autorités compétentes sont en cours. La société souhaitait également se positionner en vue du lancement en Europe de son premier produit, EvoraPlus®, présenté par la société comme le premier probiotique oral à s'adresser à toutes les indications bucco-dentaire majeures. Lancé fin 2008 sur le marché américain - moins favorable aux probiotiques que le marché européen, il pourrait être commercialisé en Amérique latine (où ONI prépare l'ouverture d'une filiale à Mexico), en Europe et en Asie à compter de 2010-2011, ainsi que ses différentes déclinaisons pour les marchés pédiatrique et vétérinaire.

Un autre produit OTC de sa gamme grand public, LPT3-04, indiqué dans la perte de poids, pourrait être lancé outre-Atlantique avant la fin de l'année. Un essai clinique de sécurité doit débuter au deuxième trimestre 2009 en Europe et aux Etats-Unis.

Les premiers revenus générés par sa branche Consumer Health permettront à ONI BioPharma de soutenir ses autres branches d'activité, le diagnostic, la thérapie de substitution et les antibiotiques. Dans ce domaine, la société prévoit de déposer une demande d'IND par an pour la période 2010-2012 et espère réussir à se constituer un portefeuille de 5 à 10 nouveaux produits. Le plus avancé, MU1140 (mutacine), lantibiotique issu de sa nouvelle plate-forme de synthèse en chimie organique DPOLT®, achève actuellement la phase préclinique dans le traitement des infections à bactéries Gram positif, notamment Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline. Dans le portefeuille de sa branche thérapie de substitution figure un autre produit très prometteur pour le marché de la santé bucco-dentaire, SMaRT®, qui repose sur l'utilisation d'une souche bactérienne génétiquement modifiée et qui vise à procurer une protection à vie contre la plupart des caries dentaires. Ce médicament pourrait être commercialisé en 2012.