Archives
29 janvier 2009

Vivalis prêt à investir le marché des protéines thérapeutiques

L'année 2008 a été riche pour Vivalis, dans tous les sens du terme. La société nantaise a quintuplé son chiffre d'affaires, qui a atteint les 5,4 millions d'euros. Un résultat qui doit beaucoup aux nouveaux contrats de licence conclus sur sa plate-forme EBx® de lignées de cellules souches aviaires. Vivalis a rempli ses objectifs, en signant sept nouvelles licences : quatre licences commerciales dans le domaine de la production vaccinale (deux vaccins à usage humain et deux à usage vétérinaire) et trois licences de recherche, une pour un vaccin à usage humain, une pour un vaccin vétérinaire et la troisième dans le domaine des protéines thérapeutiques. La société espère réitérer cette performance sur l'année 2009 en signant six à sept nouvelles licences dont au moins deux commerciales. Un objectif déjà en partie atteint, puisque Vivalis vient de conclure son tout premier accord commercial pour la production d'un anticorps thérapeutique, avec sa compatriote Innate Pharma, avec qui elle avait déjà initié une collaboration de recherche en 2007 pour la validation d'une lignée cellulaire pour la production d'anticorps (voir Tableaux Accords 1 et 2).

Avantage compétitif. Vivalis compte bien se ménager une place de choix sur le marché de la production de protéines thérapeutiques. « Notre stratégie, contrairement à d'autres sociétés comme Crucell, n'est pas de concurrencer en termes de productivité la lignée CHO (cellules d'ovaires de hamsters), une lignée très bien établie et utilisée par un grand nombre d'industriels », explique Franck Grimaud, pdg de Vivalis. « Notre avantage compétitif est que notre lignée cellulaire EB66®, issue de notre plate-forme EBx®, permet de produire des anticorps avec moins de fucose, ce qui augmente fortement leur cytotoxicité. Nous avons démontré que les anticorps produits avec notre plate-forme EBX® étaient de 20 à 50 fois plus efficaces contre les cellules cancéreuses que ceux produits sur la lignée classique CHO ». L'enjeu du nouvel accord conclu avec Innate Pharma est de développer un procédé complet de production et de purification d'anticorps monoclonaux cytotoxiques sur la lignée EB66®, afin de produire des lots cliniques de l'anticorps IPH 4101 d'Innate Pharma en vue du traitement de lymphomes cutanés rares. Cette dernière conservera les droits mondiaux de développement et de commercialisation de son anticorps. Ce projet bénéficie d'un soutien d'Oseo, structure française de soutien aux PME innovantes, via le programme Vivabio mené par un consortium de trois sociétés, Vivalis, Innate Pharma et l'américain Geovax. Dans le cadre du programme Vivabio, Vivalis doit recevoir au total six millions d'euros, dont un acompte de 3,4 millions d'euros devrait être versé dans le courant du 1er semestre 2009.

Sans tenir compte de cette aide, Vivalis dispose d'une trésorerie nette de 22,7 millions d'euros, de quoi garantir quatre années de visibilité financière pour ses différents axes d'activité : la production vaccinale, la production de protéines thérapeutiques, mais aussi le développement de petites molécules thérapeutiques propriétaires contre l'infection au virus de l'hépatite C. Sur ce dernier axe, la société espère entamer les discussions avec d'éventuels partenaires à compter du second semestre 2010, avant l'entrée en clinique de ses premiers candidats.