Archives
25 janvier 2007

Financements : la fin du trou d'air ?

Oublié le trou d'air qu'ont subi en 2005 les sociétés de biotechnologies françaises en quête de financements ? Après une chute à 162 millions d'euros en 2005, le Panorama 2006 du secteur réalisé par France Biotech montre que les fonds levés et investis dans les sociétés de biotechnologie françaises sont remontés à leur niveau de 2004, soit 268 millions d'euros. Alors que 2006 n'avait pas débuté sous les meilleurs auspices, puisqu'au 20 octobre dernier, les financements ne représentaient encore que 132 millions d'euros, ce niveau de 268 millions a été atteint en moins de trois semaines. Comment expliquer ce subit regain d'intérêt et cet afflux soudain et massif de capitaux vers ce secteur (trop ?) longtemps délaissé ? S'il est certes difficile d'identifier un facteur déclencheur précis, cette évolution traduit, selon France Biotech, l'engagement des sociétés et l'impact de l'ensemble des changements et réformes intervenus ces dernières années, avec notamment l'adoption du statut de la Jeune entreprise innovante (JEI), l'évolution des financements de la recherche publique ou encore la mise en place d'agences de moyens, à l'image de l'ANR ou de l'AII. Avec le statut de la Jeune entreprise innovante cotée proposé par France Biotech dans sa plate-forme de propositions pour les présidentielles, peut-être le secteur pourra-t-il disposer d'un outil supplémentaire pour revenir, voire dépasser, les sommes atteintes au début du millénaire ? En 2001, les fonds levés et investis avaient atteints 317 millions d'euros.

Anne-Lise Berthier