Archives
11 janvier 2011

DBV Technologies accélère son développement sur le marché de l'allergie alimentaire

La société de biotechnologies finalise un 3e tour de table pour assurer le développement clinique de Viaskin®Peanut, premier traitement d'immunothérapie par voie épicutanée de l'allergie à l'arachide.

Le Français DBV Technologies vient de réaliser une 3e levée de fonds d'un montant 19,4 millions d'euros. Celle-ci a attirée de nouveaux investisseurs, parmi lesquels le fonds InnoBio qui vient d'injecter six millions d'euros pour son sixième investissement réalisé depuis sa création en novembre 2009. Ce fonds géré par CDC Entreprises se joint ainsi à Lundbeckfond Ventures, Shire plc et ALTO Invest ainsi qu'aux investisseurs historiques (Sofinnova Partners et ALK Abello) dans ce tour de table.

Une première approche pharmaceutique dans le domaine

Créée en 2002 et installée au sein de la pépinière Paris Santé Cochin, la société DBV a mis au point une méthode unique de traitement de l'allergie alimentaire par patch, Viaskin®. Cette méthode permet d'administrer des quantités minimes d'allergène (qui sont des protéines naturelles) à travers la peau afin d'induire une tolérance clinique et immunologique. « La technologie permet de désensibiliser les patients allergiques par voie cutanée sans aucun risque de passage de l'allergène dans la circulation sanguine, indique Pierre-Henri Benhamou, co-fondateur et pdg de DBV Technologies. Et c'est une première dans le domaine, se réjouit-il ». La société développe deux produits d'immunothérapie spécifique pour l'allergie à l'arachide et au lait. Une étude clinique de phase Ib utilisant le Viaskin®Peanut est actuellement conduite dans cinq centres aux Etats-Unis, alors qu'une étude pilote de phase II (sponsorisée par l'AP-HP) est en cours en France dans huit centres. « Les fonds levés permettront de financer la poursuite du développement. Une étude de phase IIb/III devrait être lancée courant 2011 aux Etats-Unis. Et nous espérons finaliser les développements d'ici fin 2014 avant d'envisager de confier la commercialisation à un partenaire », indique le pdg.

Ouverture d'un bureau aux Etats-Unis

La société possède en outre un produit de diagnostic pour l'allergie au lait (Diallertest®) diffusé en France depuis 2004. « Une partie des financements permettra également la réalisation de tests cliniques pour l'internationalisation de la commercialisation de ce test qui est passé sous le statut du médicament », précise-t-il. Parmi les autres projets, la société va renforcer toutes ces équipes (l'effectif est aujourd'hui de 18 personnes) et envisage d'ouvrir un bureau américain d'ici à la fin de l'année. A plus long terme, Pierre-Henri Benhamou n'exclut pas d'étendre les applications de sa technologie à d'autres types d'allergies, mais également au domaine des vaccins. La société a notamment signé un accord de recherche avec l'université de Genève en ce sens.

Juliette Badina