Archives
31 janvier 2007

Pharmaxon se mobilise sur l'adhérence

Pharmaxon, société marseillaise déjà lauréate du concours national d'aide à la création d'entreprises de technologie innovantes du ministère de la Recherche et du concours Tremplin Entreprises du Sénat, commence à préparer sa première levée de fonds. Spin-off de l'Institut de Biologie du Développement de Marseille (IBDM) créée en 2004, la société a choisi de se concentrer sur les applications thérapeutiques de la modulation de la mobilité cellulaire. Les produits développés par la société ciblent les molécules d'adhérence qui gouvernent cette mobilité, dans le but soit de la réduire soit de l'augmenter.

Augmenter en neuro, mais réduire en onco. Avec cette option, Pharmaxon explore une nouvelle voie en neurologie. Un premier produit, PR21, ciblant la molécule d'adhérence PSA-NCAM, vise deux indications possibles : les lésions traumatiques de la moelle épinière et les troubles de la mémoire. Avec les lésions médullaires traumatiques - 30 000 nouveaux cas par an dans les pays occidentaux - , le candidat médicament s'attaque à un marché aujourd'hui évalué à 600 millions de $, sans compter l'émergence du marché chinois. Le produit testé par Pharmaxon est destiné à traiter la phase aiguë post-lésionnelle. Les études pharmacologiques de PR21, administré en continu pendant deux semaines par voie intrathécale, ont été concluantes sur différents modèles animaux. L'entrée en clinique est prévue pour 2008.

Autre indication en neurologie : les troubles de la mémoire, conséquence d'une désorganisation des réseaux neuronaux. Des essais de PR21 chez la souris ont montré un effet fort et soutenu sur la mémoire, effet obtenu en quelques jours après une seule injection. Outre les troubles cognitifs modérés, Pharmaxon évalue le potentiel de PR21 dans le traitement de la maladie d'Alzheimer.

En oncologie, la molécule d'adhérence ciblée est la neuropiline et la molécule PR5 a été expérimentée avec succès chez le rat, où elle réduit la progression du glioblastome. Le marché du glioblastome, maladie rare tout comme les lésions traumatiques de la moelle, est estimé à 600 à 700 millions de $.

Partenariats et financements. Dès sa création, la société s'est engagée dans la participation à des programmes européens et nationaux. Pharmaxon a reçu des subventions européennes dans le cadre du réseau d'excellence NEURON qui regroupe 22 acteurs académiques et cinq biotechs. L'entreprise est également l'un des partenaires du Cancéropôle Provence-Alpes-Côte d'Azur et participe activement au pôle de compétitivité Orpheme sur les maladies orphelines (deux projets labellisés). Mais pour l'entrée en clinique en 2008 de son premier produit, Pharmaxon aura besoin de financements plus conséquents. Après une levée d'amorçage réalisée auprès de quatre investisseurs en octobre dernier, elle espère concrétiser une première levée de fonds avant la fin 2007.