Archives
23 janvier 2015

 Bone Therapeutics compte sur la Bourse pour aborder le marché

Le belge Bone Therapeutics espère lever environ 27 millions d'euros pour achever le développement de ses produits d'ingénierie tissulaire osseuse dans ses indications les plus avancées.

Seuls quatre "médicaments de thérapie avancée" - selon la nomenclature européenne - ont actuellement une AMM sur le vieux continent (1). Le wallon Bone Therapeutics espère rejoindre dans quelques années ce cercle très fermé avec ses produits d'ingénierie tissulaire. Utilisant des cellules autologues (PREOB®) ou allogéniques (ALLOB®) différenciées en ostéoblastes (2), la société se développe sur deux segments : la réparation des fractures osseuses (non consolidées, à consolidation retardées, fusion vertébrale) et la prévention des fractures (ostéonécrose et ostéoporose réfractaire au traitement médicamenteux).
« Nous ciblons un marché de 12 millions de patients », a indiqué Enrico Bastianelli (en photo), co-fondateur et directeur général de l'entreprise, lors d'un point presse organisé le 22 janvier, jour du lancement de son offre de souscription en vue de son entrée sur Euronext Bruxelles et Paris.

Déjà 10 millions d'euros sécurisés

Pour financer sur les quatre prochaines années la poursuite des développements en cours, la préparation de commercialisation et la recherche de partenaires, les dirigeants de Bone Therapeutics évaluent les besoins à près de 40 millions d'euros. Disposant déjà, à la fin du troisième trimestre 2014, de 13M€, la société compte sur les marchés financiers pour compléter ses actifs.
L'offre de souscription (ouverte au public en Belgique et en France et aux investisseurs institutionnels hors Etats-Unis) court du 22 janvier au 2 février, dans une fourchette de prix de 14,50 à 16,50 euros par action. Bone Therapeutics espère ainsi lever environ 27,1M€ (en milieu de fourchette), auxquels pourront s'ajouter deux fois 15 % (clause d'extension et surallocation). 10,3 M€ ont déjà été sécurisés auprès des investisseurs historiques de la société.

Préparation des essais de phase III aux Etats-Unis

Les montants levés serviront en priorité à finaliser les études cliniques pivot (phase IIb/III) en cours en Europe dans les fractures non consolidées et dans l'ostéonécrose (PREOB®). Dans cette deuxième indication, le produit dispose du statut de médicament orphelin en Europe et aux Etats-Unis. « Les cellules sont administrées par injection percutanée unique, directement au site de fracture, ce qui permet d'éviter des interventions chirurgicales lourdes et des coûts d'hospitalisation », décrit Enrico Bastianelli.
Bone Therapeutics produit lui-même ses lots cliniques dans ses installations bruxelloises, et a investi près de 9M€ dans la construction d'une nouvelle unité (opérationnelle mi-2016) afin d'augmenter ses capacités de production. « Nous voulons rester indépendants le plus longtemps possible en Europe, où nous rechercherons un partenaire pour la distribution de notre produit », précise Wim Goemaere, directeur financier. Pour les Etats-Unis, où des études cliniques de phase III devraient être lancées en 2016 dans ses indications les plus avancées, la société privilégiera une stratégie de co-développement avec un partenaire déjà présent sur le marché des pathologies osseuses.

Julie Wierzbicki

(1) ChrondroCelect® et MACI® dans la réparation du cartilage, Glybera® dans le traitement d'une déficience enzymatique, Provenge® dans le cancer de la prostate. Un cinquième produit, Holoclar® (traitement de lésions de la cornée) a reçu un avis favorable de l'EMA en décembre mais n'a pas encore obtenu l'aval de la Commission européenne.

(2) Provenant des cellules souches mésenchymateuses de la moelle osseuse, les ostéoblastes sont responsables de la synthèse de la matrice osseuse.