Pharmaceutiques

Analyse de presse n°2390
Mercredi 13 mai 2009
Le chiffre du jour
4,1%
C'est la progression en mars 2009 du marché officinal pour le remboursable prescrit par rapport à mars 2008, selon IMS Health.

A la Une


Sanofi-Aventis mise sur un vaccin contre la dengue
(L'Expansion.com - 12 mai 2009, Le Figaro Economie, La Tribune, Les Echos - 13 mai 2009)

Sanofi-Aventis "va investir 350 millions d'euros dans une usine de production de vaccins contre la dengue près de Lyon", rapporte La Tribune. La construction de cette usine de vaccins à Neuville-sur-Saône est "le plus important investissement industriel signé par Chris Viehbacher depuis son arrivée à la tête du laboratoire français début décembre", relèvent Les Echos qui notent qu'il s'agit aussi "du plus gros projet mondial de Sanofi-Pasteur, la filiale du laboratoire tricolore consacrée à la production de vaccins". Le journal ajoute que les travaux de recherche du laboratoire, entrepris en 1992, "ont abouti à un candidat vaccin encore en phase II d'essais cliniques". "Nous évaluons à 70 % les chances de voir le vaccin aboutir. Dans le cas contraire, nous disposerons à Neuville d'un beau monument", commente Chris Viehbacher. Le quotidien indique néanmoins que "cette usine ne pourrait être reconvertie qu'au prix de coûteux investissements supplémentaires. Car, en raison de la complexité de sa fabrication, chaque vaccin nécessite une installation spécifique".

France


Démographie pharmaceutique : "l'équilibre en danger"
(Quotipharm.com - 13 mai 2009)

Selon le dernier recensement de l'Ordre des pharmaciens, le nombre de pharmaciens titulaires inscrits à l'Ordre s'élève à 28 148 au 1er janvier 2009, relève Quotipharm.com. 25 312 adjoints d'officines ont été par ailleurs recensés à la même période. Pour le site Internet du Quotidien du Pharmacien, l'équilibre de la démographie pharmaceutique est "en danger". En effet, "les 2 035 nouvelles inscriptions enregistrées l'an passé" ont tout juste compensé les "1 828 sorties", explique Quotipharm qui constate un "inquiétant" phénomène d'"évaporation des jeunes diplômés". Le taux d'inscription à l'Ordre dans les trois ans suivant l'obtention du diplôme est ainsi passé de près de 90% en 2005 à moins de 80 % en 2008".

Télé-prescription : les recommandations de la HAS
(Egora.fr - 12 mai 2009)

La Haute autorité de santé (HAS) publie ses recommandations sur la télé-prescription dans le cadre de la régulation médicale de la permanence des soins (PDS), relate Egora.fr. Le site Internet du Panorama du Médecin détaille la démarche de la HAS qui "propose de mettre en place des actions de formation spécifique et d'évaluation des pratiques professionnelles (EPP)" à destination des médecins régulateurs. L'objectif de ces recommandations est "d'homogénéiser les pratiques, d'améliorer la qualité de la réponse apportée aux patients et le délai d'accès aux médicaments sur tout le territoire", explique la HAS. Egora.fr rappelle que "la télé-prescription ou prescription de médicaments par téléphone, se fait en cas de demande non urgente de soins nécessitant un conseil médical ou thérapeutique, ou en cas d'adaptation d'une prescription médicamenteuse préalable quand le médecin traitant est injoignable".



Treize cas de grippe A (H1N1) étaient confirmés dans l'Hexagone, hier en fin de matinée, rapportent LesEchos.fr citant le dernier bilan de l'Institut de veille sanitaire (InVS). Sept autres cas étaient considérés comme "probables" et 32 autres "possibles".

Nicolas Sarkozy entend lancer après l'été un débat sur la création d'un " cinquième risque" destiné à améliorer la prise en charge de la dépendance des personnes âgées et handicapées, note La Tribune. "Ce sera l'un des grands chantiers de l'année prochaine", a déclaré le chef de l'Etat.

Parallèlement à ses activités classiques de soutien à l'investissement, Oséo a créé dans le cadre du plan de relance du gouvernement, deux fonds de garantie destinés à soulager les entreprises en difficultés de trésorerie. La Tribune relève que ces dispositifs de renforcement de trésorerie ont permis de mettre en place 775 millions d'euros de prêts bancaires sur les 6 milliards disponibles via ces deux fonds. Au total,"5 430 entreprises ont bénéficié des prêts garantis par Oséo", note le quotidien.

Le Monde se penche sur les comptes de 20 ministères portant sur l'exercice 2007, publiés au Journal officiel du 5 mai. Concernant le ministère de la Santé, le quotidien s'étonne notamment des très faibles dépenses de communication (387 798 euros) contre 647 888 euros consacrés par le secrétariat d'Etat aux sports qui lui est rattaché ou les 12,89 millions d'euros du ministère de l'Economie.

International


Grippe A (H1N1) : 5 251 cas recensés dans le monde
(Les Echos, Le Monde - 13 mai 2009)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recensé hier 5 251 cas d'infection par la grippe A (H1N1) dans le monde, rapportent Les Echos. Par ailleurs, 33 pays sont désormais affectés par l'épidémie après l'annonce de cas détectés en Finlande, en Thaïlande et à Cuba. Le quotidien ajoute que le virus a fait 61 morts dont 56 au Mexique, 3 aux Etats-Unis, 1 au Canada et 1 au Costa Rica. Concernant les Etats-Unis, l'épidémie poursuit sa progression avec 2 618 cas confirmés (86 de plus que la veille) dans 44 des 50 états du pays. Au Mexique, si la diminution de la virulence du virus est confirmée par les autorités du pays, une étude d'un réseau de surveillance de l'OMS publié le 11 mai dernier par la revue Science, évalue à près de 23 000 le nombre d'individus infectés au Mexique à la fin du mois d'avril, note Le Monde.

Expérimentation animale : les eurodéputés renforcent la réglementation
(The Economist - 9 mai 2009)

The Economist revient sur la première grande révision de la directive européenne relative à l'expérimentation animale dans l'UE, datant de 1986 (voir la revue de presse du 7 mai 2009 et le site Internet du Pharmaceutiques). Le 5 mai dernier, le Parlement européen a ainsi adopté quelques mesures parmi une centaine d'amendements pour faire évoluer la réglementation en vigueur en faveur d'un meilleur usage des animaux de laboratoires dans les Etats de l'Union. Parmi les dispositions adoptées par les eurodéputés, The Economist détaille les nouvelles restrictions en matière de recours aux primates (lesquels représentent 0,1% des animaux utilisés dans la recherche scientifique et biomédicale) qui constituent l'essentiel de la révision de cette directive. Cette nouvelle réglementation doit encore être validée par le prochain Parlement Européen qui sera constitué à la suite des élections européennes du mois de juin. Au final, ces mesures ne devraient pas être entérinées avant 2010 par l'Union Européenne. S'en suivra par la suite plusieurs années avant l'application de cette directive dans chaque Etat membre. L'hebdomadaire note par ailleurs le feu vert de la Commission européenne pour élargir les prérogatives du Centre européen pour la validation de méthodes alternatives, censé coordonner et promouvoir des procédures d'expérimentation cliniques permettant d'éviter le recours à l'animal.

Laboratoires


GlaxoSmithKline "prend 16% d'Aspen en échange d'un portefeuille de produits"
(LesEchos.fr - 12 mai 2008, Les Echos, Financial Times, Wall Street Journal Europe - 13 mai 2009)

GlaxoSmithKline a annoncé hier qu'il allait prendre 16 % du fabricant sud-africain de génériques Aspen, relate le Wall Street Journal Europe, et ce "en échange d'un portefeuille de produits spécialisés et d'une usine de fabrication en Allemagne", précisent Les Echos. La transaction est évaluée à 3,5 milliards de rands, soit 302 millions d'euros, relève le quotidien. Selon un communiqué, "cette cession reflète la stratégie de GSK de simplifier ses opérations et de céder certains produits qui peuvent être commercialisés de manière plus efficace par d'autres". Le britannique "va également transférer les droits de commercialisation et de distribution de ses médicaments à Aspen en Afrique du Sud", ajoutent LesEchos.fr (voir aussi la revue de presse du 26 mars 2009).

"Sanofi-Aventis profite de l'appétit des investisseurs"
(Option Finance - 11 mai 2009)

Option Finance analyse le contexte de la récente levée de 3 milliards d'euros par Sanofi-Aventis sur le marché obligataire (voir la revue de presse du 7 mai 2009). L'hebdomadaire relève que "l'opération réalisée par le groupe pharmaceutique a été près de 8 fois sursouscrite, avec un carnet d'ordres qui a atteint près de 23 milliards d'euros". Pour Option Finance, "ce montant élevé de demandes s'explique par le nombre exceptionnel d'investisseurs qui se sont intéressés à l'opération". Outre sa qualité du crédit (notée AA-/A1) et la rareté de son recours à ce type d'opération, Sanofi-Aventis semble avoir bénéficié d'un "report de nombreux investisseurs actions en quête d'actifs sûrs" dans un contexte de crise boursière. L'autre source de liquidité dans cette opération provient des investisseurs institutionnels, notamment les fonds de crédits, qui tendent également à se rabattre sur "les émissions de corporate de bonne qualité pour rééquilibrer leur portefeuille".



"Solvay a enregistré un bénéfice opérationnel de 142 millions d'euros au premier trimestre, en ligne avec les attentes du marché, mais en chute de plus de 50% par rapport à la même période l'année dernière", rapporte L'Echo.be. "Pour 2009, Solvay indique que son résultat opérationnel devrait être moins élevé qu'en 2008", précise le site Internet.

Produits


Sanofi-Aventis : des génériqueurs veulent copier le Plavix®
(Les Echos - 13 mai 2009)

Plusieurs fabricants de médicaments génériques ont déposé des dossiers au niveau européen en vue de copier l'antithrombotique vedette de Sanofi-Aventis dès cet automne (voir la revue de presse du 12 mai 20209), "soit bien avant la date d'expiration du brevet du Plavix® (clopidogrel)", relatent Les Echos. Un "bon connaisseur" du secteur indique au quotidien qu'une "douzaine de dossiers d'homologation pour des copies du produit sont actuellement en circulation au niveau européen". Actuellement, "les réponses fournies par les génériqueurs aux questions des instances européennes (par exemple sur la stabilité des produits, la bio-équivalence, etc.) sont en cours d'instruction", souligne le journal. Il précise par ailleurs qu'en théorie, ce produit "est protégé jusqu'en novembre 2011 aux Etats-Unis et jusqu'en 2013 en Europe et au Japon". Néanmoins, sur le Vieux Continent, le principe actif "pourrait être lancé en association avec un autre sel que celui utilisé par Sanofi-Aventis (l'hydrogénosulfate), afin de contourner le problème du brevet", relève le quotidien.



D'après une étude internationale présentée en Suède à l'occasion du 25e congrès international annuel sur le virus du papillome humain, "le vaccin contre le virus du papillome humain (VPH) monovalent protège efficacement contre les infections pendant huit ans et demi, en moyenne", relate la Presse Canadienne.

La presse revient sur la décision de Roche de donner à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) 5,7 millions de doses supplémentaires de son antigrippal Tamiflu® (oseltamivir), rappellent La Tribune et le Financial Times (voir la revue de presse du 12 mai 2009).

Egalement dans la presse


Grippe A (H1N1) : Les médias ont-ils exagéré la crise ?
(Marianne - 9 mai 2009)

"Après avoir contaminé les unes des journaux, la grippe A (H1N1) recule à Mexico et, par ricochet, en pages intérieures des quotidiens et hebdomadaires", constate Marianne qui se demande si les médias ont exagéré ou non la crise. "Déjà, au moment de la vache folle, puis de l'épidémie de grippe aviaire, les médias (...), relayant les avis scientifiques plus alarmistes les uns que les autres, avaient pronostiqués un séisme sanitaire qui ne survint - heureusement - jamais", rappelle le magazine. Pour Michel Setbon, sociologue chercheur au CNRS, "les médias ne font que tenter de relayer les sources officielles. (...) Cela fait cinq ans que les autorités sanitaires du monde entier se préparent à une pandémie d'origine aviaire, dont on imaginait qu'elle serait hautement pathogène. Les réactions d'aujourd'hui découlent de cette préparation exceptionnelle". Reste que "la baisse de tension qui a suivi la surchauffe des premiers jours ne doit pas laisser croire que la pandémie est derrière nous", tempère le magazine.