titre_pharmaceutiques_envue

Crise sanitaire : les déterminants de la décision politique

La gestion de la crise sanitaire soulève de nombreuses interrogations, notamment en matière de gouvernance. Directeur de recherche au CNRS et enseignant à Sciences Po, Henri Bergeron analyse les grands mécanismes qui ont motivé la décision politique. Il décrypte notamment les relations de pouvoir entre le gouvernement et le conseil scientifique.

Le constat repose sur des hypothèses de travail, compilées dans un ouvrage récemment publié*. Directeur de recherche au CNRS et coordinateur scientifique de la Chaire santé de Science Po, Henri Bergeron propose une grille de lecture analytique de la crise actuelle, sous le prisme de la science politique et de la sociologie de l’action publique. Premier intervenant du dernier événement organisé par Pharmaceutiques**, il décrypte les différents mécanismes qui ont motivé la décision sanitaire. Il s’attarde notamment sur la reproduction du geste technocratique, une pensée théorisée il y a plus de soixante ans par Michel Crozier***. Typique dans une période troublée, ce réflexe quasi instinctif s’est traduit par la non-mobilisation des organisations expertes, au profit de nouvelles structures chargées de gérer l’urgence et de maximiser la coopération. « Une réponse insuffisante, sauf à s’intéresser aux conditions effectives de leur mise en œuvre, sous peine de répliquer les dysfonctionnements que l’on cherche à contourner », souligne Henri Bergeron. A la fois caractéristique et symbolique, la création du conseil scientifique ne tient pas à cette seule raison. « Le gouvernement voulait s’octroyer une capacité de décision autonome pour gagner en efficacité et en réactivité. Il a privilégié l’adhésion à la confrontation, en se libérant des logiques institutionnelles et bureaucratiques. Il nourrissait une forme de méfiance vis-à-vis de certaines administrations, dont celles de la santé. »

Une relation de pouvoir fluctuante

Cette concentration du pouvoir de décision soulève de nombreuses interrogations. A l’instar du confinement, les orientations stratégiques initiales ont été définies par un petit de groupe de scientifiques et un triumvirat composé du président de la République, du Premier ministre et du ministre de la Santé. Cette formation très élitaire pose notamment la question des liens d’interdépendance entre les deux parties, visiblement peu propices à la contradiction. « La relation de pouvoir a eu un impact sur la modulation de la parole », estime Henri Bergeron. Le premier tour des élections municipales en serait la parfaite illustration. « Imposé par le gouvernement, le maintien de cette échéance électorale n’a pas été remis en cause par l’autorité scientifique, malgré les risques inhérents à la tenue du scrutin. » D’abord circonscrit à quelques individus, le cercle de décision s’est progressivement élargi à d’autres cénacles, tels que la cellule interministérielle de crise, le comité analyse, recherche et expertise ou encore la mission Castex. Selon Henri Bergeron, cette gestion multipolaire aurait contribué à desserrer les liens d’interdépendance et à libérer la parole. Un choix controversé marque une rupture franche : la réouverture des écoles en mai dernier. « La volonté présidentielle a été ouvertement contestée par les membres du conseil scientifique. Pour la première fois ! »  

Le syndrome du mimétisme

Autre question fondamentale liée aux jeux de pouvoir : un confinement généralisé était-il la seule issue possible ? « Les moyens traditionnels étaient devenus inutiles pour maîtriser la flambée épidémique. Il fallait prendre des mesures fortes pour protéger la population et préserver les capacités de réanimation hospitalières, alors en voie de saturation. Un confinement régionalisé aurait rompu l’égalité des citoyens devant la santé publique », répond Henri Bergeron. Faute de masques en nombre suffisant, l’explosion de la circulation virale limitait considérablement les marges de manœuvre. Plusieurs facteurs clés sont à considérer. SARS, MERS, H1N1, Ebola… « Toutes les crises sanitaires annoncées se sont révélées moins virulentes que prévu. Cette habituation à un risque scélérat s’est notamment soldée par le non-renouvellement des stocks disponibles. » Pointé du doigt par l’opinion et l’opposition, le niveau d’impréparation ne saurait être réduit à la seule problématique des équipements de protection. Dans un climat social délétère, le gouvernement a probablement fait preuve d’un manque d’anticipation. « Concentré sur sa réforme des retraites, il n’a pas vu venir la première vague. » Dos au mur, une solution radicale s’est rapidement imposée. Le contexte international a également pesé. « La peur de la critique et la crainte du jugement de l’histoire ont poussé les décideurs à suivre l’exemple du confinement. En situation d’incertitude, l’imitation est une stratégie rationnelle. » Une conclusion classique de la sociologie des organisations et de la science politique.

Jonathan Icart

(*) « Covid-19 : une crise organisationnelle », Henri Bergeron / Olivier Borraz / Patrick Castel / François Dedieu – Presses de Science-Po – Octobre 2020.
(**) « Covid-19 : l’espoir vaccinal » : https://www.youtube.com/watch?v=YCPCdiw_6UI&feature=youtu.be
(***) Sociologue français, Michel Crozier était le principal concepteur de l’analyse stratégique et de l’action collective en sociologie des organisations. 

tags

Partager cet article icon_partage_facebook icon_partage_twitter icon_partage_linkedin

Sur le même thème :

close

Contact Abonnements

Pour les abonnements de GROUPE ou individuel JOURNALISTE/ÉDITEUR/ÉTUDIANT/DEMANDEUR D'EMPLOI/RETRAITÉ, veuillez nous consulter afin d’avoir un devis personnalisé.

Par téléphone au 01 40 92 70 58

pharmaceutiques_illustrations_telephone

Du lundi au vendredi de 9h30 à 13h00
et de 14h00 à 17h00

Par mail

pharmaceutiques_illustrations_email
close

Contact Abonnements

Pour les abonnements de GROUPE, veuillez nous consulter afin d’avoir un devis personnalisé.

Par téléphone au 01 40 92 70 58

pharmaceutiques_illustrations_telephone

Du lundi au vendredi de 9h30 à 13h00
et de 14h00 à 17h00

Par mail

pharmaceutiques_illustrations_email
close

Contact Abonnements

Pour les abonnements de GROUPE, veuillez nous consulter afin d’avoir un devis personnalisé.

Par téléphone au 01 40 92 70 58

pharmaceutiques_illustrations_telephone

Du lundi au vendredi de 9h30 à 13h00
et de 14h00 à 17h00

Par mail

pharmaceutiques_illustrations_email
close

Formulaire incomplet :

Revenir sur le formulaire

Votre demande à bien été envoyée

L'équipe Pharmaceutiques s'engage à revenir vers vous dans un délai de 24h.

Retourner sur le site

Merci de l'intérêt que vous portez à Pharmaceutiques.

Votre demande à bien été transmise à l’équipe Pharmaceutiques.

Après acceptation de votre demande d’inscription, vous recevrez un mail de confirmation dans un délai de 24h.

Retourner sur le site

Votre demande d'essai pour une période de 7 jours a bien été prise en compte !

Rendez-vous le matin à 8h30 dans votre boîte mail.

Retourner sur le site

Votre demande d'information partenariat à bien été transmise.

L'équipe Pharmaceutiques s'engage à revenir vers vous dans un délai de 24h.

Retourner sur le site