titre_pharmaceutiques_envue

Médicaments non utilisés : la collecte diminue, le gisement aussi !

La collecte des médicaments non utilisés recule pour la troisième année consécutive. Selon Cyclamed, il s’agit pourtant d’une bonne nouvelle. Explications. 

L’an dernier, la collecte des médicaments non utilisés a reculé de 1,4 %. Quantitativement, 10 675 tonnes ont été recyclées dans l’une des 48 unités de valorisation énergétique partenaires de Cyclamed, l’éco-organisme en charge de leur récupération et de leur élimination*. Durable, ce déclin ne serait pas préoccupant pour autant. « C’est principalement le signe d’un ralentissement de la consommation médicamenteuse et d’une meilleure observance thérapeutique », assure Thierry Moreau-Defarges, son président. Pour étayer son propos, il rappelle notamment que le nombre d’unités écoulées en pharmacie baisse régulièrement depuis quatre ans, malgré l’accroissement et le vieillissement de la population française. Il évoque également la restructuration du marché pharmaceutique, caractérisée par l’arrivée de traitements innovants impliquant un respect plus strict des règles de bon usage, à l’instar des anticancéreux.

Un gisement déclinant

Selon les résultats du protocole alternatif mis en place par l’institut CSA Research, 17 300 tonnes de médicaments non utilisés – périmés ou non – seraient actuellement stockées dans les armoires à pharmacie des Français**. Un tonnage qui, en l’espace d’un an, aurait chuté de 1,70 %. Si l’on considère ce gisement total, le taux de performance de Cyclamed se maintiendrait donc aux alentours de 62 %. « Un niveau à la fois stable et satisfaisant au regard des petits moyens qui sont les nôtres », commente Thierry Moreau-Defarges, tout en soulignant le rôle déterminant joué par les pharmaciens et les grossistes-répartiteurs dans ce dispositif éco-responsable. Statistiquement, ce mouvement de repli s’apprécie véritablement à long terme. « Les quantités accumulées dans chaque foyer sont en diminution constante depuis dix ans », confirme-t-il. Entre 2010 et 2018, le poids moyen détenu par les ménages est passé de 477 à 315 grammes. « Il y a une vraie prise de conscience du risque sanitaire et du risque environnemental chez nos concitoyens », relève Thierry Moreau-Defarges.

Des pistes d’amélioration

La dernière enquête annuelle réalisée par l’institut BVA*** semble accréditer cette thèse. La plupart des personnes interrogées déclarent rapporter leurs médicaments non utilisés à l’officine (78 %). Parmi celles qui ne le font toujours pas, une large majorité se dit prête à le faire (89 %). « Ce réflexe est bien ancré auprès des cibles prioritaires », précise Bénédicte Nierat, directrice de la communication de Cyclamed, citant les retraités (89 %), les plus de 35 ans (86 %) et les femmes (83 %). La problématique des emballages en carton et des notices en papier nécessitera cependant une attention particulière. Non pris en charge par l’éco-organisme, ces déchets sont destinés à la filière du tri sélectif. Une habitude encore loin d’être systématique (44 %). L’association devra donc poursuivre ses actions de sensibilisation auprès du grand public et des professionnels de santé, y compris pour accroître une notoriété grandissante mais relativement limitée (64 %). A plus large échelle, le gâchis médicamenteux devra faire l’objet de mesures spécifiques : une boîte de paracétamol sur quatre finit aujourd’hui à la poubelle…

Jonathan Icart

(*) Cyclamed est association loi 1901 à but non lucratif. Elle dispose d’un agrément pour collecter et valoriser les médicaments non utilisés sous la forme d’électricité et de chaleur. Son mode de financement repose sur une participation des laboratoires pharmaceutiques, calculée en fonction du nombre de boîtes commercialisées par chacun d’entre eux.
(**) Le chiffre retenu est une estimation fondée sur le ratio des ventes unitaires de médicaments et les résultats des gisements des trois précédentes années, la traditionnelle enquête biennale de l’institut CSA Research ayant été repoussée à l’automne, en raison de la crise sanitaire.
(***) Cette enquête a été réalisée en février dernier auprès d’un panel de 2 265 personnes adultes, sélectionnées selon la traditionnelle méthode des quotas.

tags

Partager cet article icon_partage_facebook icon_partage_twitter icon_partage_linkedin

Sur le même thème :

close

Contact Abonnements

Pour les abonnements de GROUPE ou individuel JOURNALISTE/ÉDITEUR/ÉTUDIANT/DEMANDEUR D'EMPLOI/RETRAITÉ, veuillez nous consulter afin d’avoir un devis personnalisé.

Par téléphone au 01 40 92 70 58

pharmaceutiques_illustrations_telephone

Du lundi au vendredi de 9h30 à 13h00
et de 14h00 à 17h00

Par mail

pharmaceutiques_illustrations_email
close

Contact Abonnements

Pour les abonnements de GROUPE, veuillez nous consulter afin d’avoir un devis personnalisé.

Par téléphone au 01 40 92 70 58

pharmaceutiques_illustrations_telephone

Du lundi au vendredi de 9h30 à 13h00
et de 14h00 à 17h00

Par mail

pharmaceutiques_illustrations_email
close

Contact Abonnements

Pour les abonnements de GROUPE, veuillez nous consulter afin d’avoir un devis personnalisé.

Par téléphone au 01 40 92 70 58

pharmaceutiques_illustrations_telephone

Du lundi au vendredi de 9h30 à 13h00
et de 14h00 à 17h00

Par mail

pharmaceutiques_illustrations_email
close

Formulaire incomplet :

Revenir sur le formulaire

Votre demande à bien été envoyée

L'équipe Pharmaceutiques s'engage à revenir vers vous dans un délai de 24h.

Retourner sur le site

Merci de l'intérêt que vous portez à Pharmaceutiques.

Votre demande à bien été transmise à l’équipe Pharmaceutiques.

Après acceptation de votre demande d’inscription, vous recevrez un mail de confirmation dans un délai de 24h.

Retourner sur le site

Votre demande d'essai pour une période de 7 jours a bien été prise en compte !

Rendez-vous le matin à 8h30 dans votre boîte mail.

Retourner sur le site

Votre demande d'information partenariat à bien été transmise.

L'équipe Pharmaceutiques s'engage à revenir vers vous dans un délai de 24h.

Retourner sur le site