titre_pharmaceutiques_envue

Objectif : 60 000 nouveaux cancers en moins dès 2040

A la suite des trois plans cancer successifs, la stratégie décennale fixe pour la première fois des objectifs quantitatifs de réduction du nombre de nouveaux cas et une hausse budgétaire significative. Thierry Breton, directeur général de l’INCa, revient pour le café nile sur cette orientation.

380.000 nouveaux cas de cancer sont dépistés chaque année en France, causant 155.000 décès. L’objectif est désormais de diminuer de 60.000 le nombre de nouveaux cas sur vingt ans. « La formulation d’objectifs quantitatifs de réduction des nouveaux cas est une approche inédite en oncologie », a signalé Thierry Breton, directeur général de l’INCA (Institut national du cancer), lors d’un café nile virtuel organisé le 24 mars. « La stratégie a donc été conçue de manière différente, avec l’identification de points prioritaires sur lesquels les progrès n’ont pas été suffisants et une complétude et une cohérence des actions. » Celles initiées par les trois plans cancer perdureront et les quelque 230 nouvelles (dont 60 lancées en 2021) seront portées par une enveloppe supplémentaire de 284 millions d’€, portant le budget global à 1,5 milliard d’€ sur cinq ans.

La priorité est donnée à la prévention, alors que 40% des cancers seraient évitables, dus essentiellement au tabagisme (45.000 décès par an), devant la consommation excessive d’alcool (16.000 décès), le surpoids, le manque d’activité physique et les facteurs environnementaux. « La prévention est de loin la piste prioritaire pour diminuer la prévalence du cancer, souligne Thierry Breton. Mais les changements de comportement ne s’obtiennent pas facilement. Une seule action (communication, accompagnement, coercition, contrôle, fiscalité…) ne suffit pas. Il faut utiliser tous les leviers pour espérer avoir un impact réel et créer un environnement propice. » La prévention constituera un thème de recherche, pour les scienceshumaines et sociales ou pour le développement de produits de dépistage comme des biomarqueurs.

Articulation avec le plan européen

« Nous travaillons avec tous les acteurs concernés pour la conception et la mise en œuvre de la stratégie, notamment avec Santé publique France, précise Thierry Breton. Les actions conjuguées font plus que la somme des actions des différents acteurs. » La collaboration se fait aussi avec l’Europe, qui a dévoilé son Plan pour vaincre le cancer la veille de la présentation du plan français et lui consacre 4 milliards d’€. « La priorité donnée au cancer est partagée au niveau européen », salue le directeur général de l’INCa. « Nous travaillons étroitement avec nos homologues à Bruxelles pour des échanges, des inspirations, des réflexions. » Mais aussi des demandes de financement. « Nous attendons de voir la déclinaison du plan européen pour nous positionner sur des instruments financiers mis en place. »

Cap sur l’innovation

Cette enveloppe pourra également être fléchée vers d’autres actions définies au niveau national. Parmi elles, la réduction des séquelles de la maladie. « Il y a une progression très nette de la survie à cinq ans après le diagnostic mais deux tiers des patients gardent des séquelles psychiques, physiques (fatigue, douleur…) mais aussi économiques (accès et retour à l’emploi) », signale Thierry Breton. La stratégie décennale vise par ailleurs à « rejoindre le train du progrès » de l’amélioration de la survie dans certains cancers de très mauvais pronostic : cancer du poumon, du pancréas, du sein triple négatif, glioblastome du tronc cérébral chez les enfants…

Un autre axe majeur est le renforcement de l’innovation. Ainsi, l’INCa a créé en juin dernier un living lab réunissant « dès le début, toute la communauté (régulateur, évaluateur, payeur, start-up… », afin de mieux connaître les besoins des patients et d’évaluer l’efficacité en vie réelle des innovations. Au-delà de l’évaluation, il s’agit aussi de garantir l’accès à ces nouveautés. L’objectif est de lutter contre les inégalités sociales en santé, alors que les cancers touchent davantage les populations défavorisées.

Muriel Pulicani

tags

Partager cet article icon_partage_facebook icon_partage_twitter icon_partage_linkedin

Sur le même thème :

close

Contact Abonnements

Pour les abonnements de GROUPE ou individuel JOURNALISTE/ÉDITEUR/ÉTUDIANT/DEMANDEUR D'EMPLOI/RETRAITÉ, veuillez nous consulter afin d’avoir un devis personnalisé.

Par téléphone au 01 40 92 70 58

pharmaceutiques_illustrations_telephone

Du lundi au vendredi de 9h30 à 13h00
et de 14h00 à 17h00

Par mail

pharmaceutiques_illustrations_email
close

Contact Abonnements

Pour les abonnements de GROUPE, veuillez nous consulter afin d’avoir un devis personnalisé.

Par téléphone au 01 40 92 70 58

pharmaceutiques_illustrations_telephone

Du lundi au vendredi de 9h30 à 13h00
et de 14h00 à 17h00

Par mail

pharmaceutiques_illustrations_email
close

Contact Abonnements

Pour les abonnements de GROUPE, veuillez nous consulter afin d’avoir un devis personnalisé.

Par téléphone au 01 40 92 70 58

pharmaceutiques_illustrations_telephone

Du lundi au vendredi de 9h30 à 13h00
et de 14h00 à 17h00

Par mail

pharmaceutiques_illustrations_email
close

Formulaire incomplet :

Revenir sur le formulaire

Votre demande à bien été envoyée

L'équipe Pharmaceutiques s'engage à revenir vers vous dans un délai de 24h.

Retourner sur le site

Merci de l'intérêt que vous portez à Pharmaceutiques.

Votre demande à bien été transmise à l’équipe Pharmaceutiques.

Après acceptation de votre demande d’inscription, vous recevrez un mail de confirmation dans un délai de 24h.

Retourner sur le site

Votre demande d'essai pour une période de 7 jours a bien été prise en compte !

Rendez-vous le matin à 8h30 dans votre boîte mail.

Retourner sur le site

Votre demande d'information partenariat à bien été transmise.

L'équipe Pharmaceutiques s'engage à revenir vers vous dans un délai de 24h.

Retourner sur le site